Soyons Net - Page 4

  • L'espionne et moi (1, à suivre)

    Imprimer

     L'espionne et moi Hank Vogel.jpgD’après l’Église, Jésus est le fils de Dieu. C’est-à-dire: conçu par la Sainte Vierge et l’Ange Gabriel et non pas par Marie et Joseph lors de leur lune de miel. Vrai ou faux?

     Tout bon chrétien adhère à cette théorie.

     D’après la télévision russe, d’état, l’armée ukrainienne, composée de néonazis dont leur chef n’est qu’un mauvais comédien à moitié drogué, s’autobombarde. Vrai ou faux?

     Mes belles-sœurs sibériennes, comme des  milliers d’autres bigotes laïques, voir des centaines de milliers, partagent totalement cet avis.

     Ceci dit, mes chers amis, croyez à l’histoire qui va suivre. Vraie ou fausse, qu’importe! Car elle cache autant de vérités que de mensonges. A vous de faire la part des choses, une fois lue bien entendu...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (17, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- Дьявол!

     - Plaît-il?

     - Дьявол!

     - Qu’est-ce que le diable vient foutre ici?

     - ...

     - Merci!... Pourtant, les mains baladeuses sont moins dangereuses pour l’humanité que les mains sales surtout quand elles sont tachetées de sang comme celles de ton envoyé spécial Vadim Chichimarine. Oui, envoyé spécial vu ta façon très particulière et erronée de considérer la guerre, en Ukraine en particulier et à travers l’histoire en général. Combien de jeunes gens naïfs tels que lui as-tu embobinés pour qu’ils entrent, la fleur au fusil et la gâchette rapide, dans ton univers sanglant et sans scrupule? Combien?... Mille? Dix mille? Cent mille?... Tu as ruiné sa vie à jamais. A moins qu’il soit échangé un jour contre un prisonnier ukrainien non néonazi.

     - Z!

     - J’ai précisé non néonazi, bordel! Car je crains le pire pour ceux qui le sont. Selon toi et tes sbires...

    le-parquet-ukrainien-demande-la-prison-a-perpetuite-la-peine-maximale-a-lencontre-du-premier-soldat-russe-juge-pour-crime-de-guerre-a-kiev.jpg

    Vadim Chichimarine (pour plus d'info... cliquez sur la photo)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (16, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- Z...

     - Encore? Mais c’est une obsession!... Ce z, volé à ma langue et né sans doute d’une triple balafre ou d’un simple et mystérieux coup d’épée à la Zorro, que cache-t-il? Un règlement de comptes personnel? Est-ce ton côté papa traditionnel qui cherche coûte que coûte à venger sa fille chérie d’une promesse pas tenue ou d’une agression sexuelle...? Ton pire ennemi actuel, ce fameux chef d’état et de guerre, excellent affichiste et commerçant pour ne pas dire juif, aurait-il glisser ses mains baladeuses entre les fesses de l’une de tes progénitures? De gré ou par accident?...

     - Beurk!

     - Je sais que ce geste déplacé et ses intentions sans limite te dégoûtent à en vomir    et déplaisent énormément à ton copain le patriarche, orthodoxe forcément, qui n’a jamais touché une créature en chair et en or de sa vie sauf peut-être quand il était geôlier et forcé de sévir légalement... Ainsi qu’à ces soi-disant journalistes d’investigation catholiques (c’est-à-dire: assis derrière leur ordinateur béni et non pas debout sur le terrain) qui louchent toujours du côté du Kremlin faute de pouvoir faire autrement, les malheureux par disgrâce. Pourtant...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (15, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- Tu grimaces maintenant?

     - ...

     - Es-tu l’ex-agent du KGB auquel je pense ou son sosie ou l’une de ses nombreuses doublures?... Difficile de le savoir. Car tout est lugubrement possible au royaume du mensonge. Tout est mascarade et contrefaçon. Où toute vérité, aussi inoffensive soit-elle à ton égard, est illico presto étouffée. Pis, elle n’ose naître de peur qu’on la transforme aussitôt en contre-vérité...

     - Hi-an!

     - Pas an mais on! On, Bon Dieu!... On, c’est toi, ta garde rapprochée, ta famille, ta bande d’oligarques et ces naïfs, militaires et civiles, qui, au moindre pet de ta part, hurlent de joie et brandissent des drapeaux et des pancartes, en ton honneur bien entendu. Tout tourne autour de toi, forcément. C’est l’évidence même...

     - Ha, ha!

     - Ne te réjouis pas trop, faux camarade! Car il y a aussi les autres. C’est-à-dire: tous ceux qui sont farouchement contre toi et ton système à sens unique. Par exemple, les amis fidèles d’Alexeï Navalny et les amis de personne qui serpentent dans les couloirs du Kremlin entre autres... Au fait, tu as des ennemis partout. Au Nord, au Sud, à l’Ouest, à l’Est... même là où tu ronfles la nuit, je parie. Qu’as-tu fait pour en arriver là?... 

    alexei-navalny-sipa-epn-newscom-1653396682.jpg

    Alexeï Navalny (pour plus d'infos... cliquez sur la photo)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (14, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- Alors mon gars, quoi de neuf?

     - ...

     - Rien?... En effet, rien n’est neuf sous le soleil pour ceux qui voient tout en noir et j’ai l’impression que tu fais partie de ces gens-là... Oui, je pense cela de toi et un tas d’autres choses encore plus désagréables mais en vérité, tant pis pour la redondance, je ne sais rien de toi, strictement rien. En somme, mes pensées à ton égard ne sont que les fruits amers de tes actions et celles de tes complices, actifs et inactifs, en apparence, tels que tes admirateurs dans le milieu corrompu des affaires, de la culture et du sport. De ton Empire tant espéré et au-delà de ses frontières. Comme en France, par exemple, où des acteurs de cinéma te portent inconditionnellement aux nus. Ou te portaient, soyons tout de même indulgents envers ces mecs-là, vieillissant dans l’alcool et le déni! Bien que les enfants de Pétain retournent facilement leur veste aussi bien sobres que bourrés.   

     - Prout!

     - Tu souris ou je délire?

     - ...

     - Cesse de donner du fil à retordre à mes tendres neurones! Par crainte d’être sur écoute, subite et temporaire sous ton règne éphémère je précise, j’ai mis fin à deux aventures littéraires. L’une prémonitoire et l’autre mémoriale...

     - Z...

     - Tu grimaces maintenant?...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (13, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgSuite à cet événements inattendu, surréaliste ou miraculeux, ou tout simplement banal selon les démons qui nous habitent,  je me trouve face à un sacré dilemme.

      Dois-je me taire comme ces zombies qui sillonnent  les boulevards de Saint-Pète et de Masse ton cou(p) et file tout droit de peur que mon médecin attitré ne propose à ma famille qu’elle m’enferme de force dans ma chambre, une cave abandonnée ou un asile psychiatrique ou dois-je m’exprimer en tant qu’homme libre, des pieds à la tête en passant par la ceinture?

     - Concierge du Kremlin, qui es-tu? 

     Pas de réponse. Il fallait s’y attendre!

     Qui est-il?

     Un ramassis d’informations truquées et pas truquées transmises par les médias, le bouche à oreille et le téléphone arabe. Rien de plus, étant donné que je ne l’ai jamais vu de mes propres yeux, en chair et en os... En somme, exactement comme Dieu. Oui, exactement! Car avec ce dernier, on n’a jamais fait mieux. Que du blabla et des icônes!

     Ainsi, destin oblige, je décide de dialoguer avec lui comme je monologue avec ma divinité préférée.

     Que de belles décisions en si peu de temps. Ma parole, je me surpasse!

     - Alors mon gars, quoi de neuf?

     - ...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (12, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- A force de trop parler de vous, vous finirez un jour de... d’en vouloir à vous-même, m’a sermonné hier après-midi mon psy qui, à mon avis, connait moins bien Freud et Young que moi... Et un ennemi de plus dans votre ciboulot vous rendra totalement irrationnel.

     Alors afin de rassurer mon soi-disant guide psychique et sociale dans sa croyance engendrée certainement par sa thèse universitaire, reconnue par d’éminents experts en foutaises, j’ai décidé ce matin de changer de fusil d’épaule et de tirer sur une toute autre cible. Prosaïquement: de radoter sur quelqu’un d’autre. Si possible avec grâce et retenue. Sans doute par charité chrétienne. Ou plutôt par éducation judéo-chrétienne. Étant donné qu’à l’école du dimanche, les histoires de l’ancien testament m’ont davantage ébranlé, impressionné, séduit voir conditionné que celles du nouveau.  A moins que je me trompe!

     Qui donc vais-je choisir?

     - Neurones ne vous précipitez pas au portillon! crierait mon âme sereine à mon esprit excité. Dans mon monde imaginaire toute entité a droit à la lumière. Puis aux ténèbres. Tôt ou tard. Son moment de gloire et sa période de défaite. 

     Bingo! Et voilà que le Concierge du Kremlin sort du lot. Nu comme un verre de terre et démaquillé.

     - Merde! je hurle... Je rêve ou quoi?...

    Lien permanent 1 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (11, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg  J’attends!

     Tic, tac, tic, tac...

     Oui, en attendant qu’une lettre officielle m'annonce que je peux enfin dormir sur mes deux oreilles, en d'autres termes bien entendu, j’attends en outre en me remémorant des dates, des moments et des textes qui ont font tilt dans le coin le plus sensible et nostalgique de ma cervelle. 

     Par exemple: mon séjour chez mon grand frère à Pully, durant lequel il a évoqué, sous l'œil ardent de ma caméra, ses aventures et mésaventures en Afrique, en Australie, au  Brésil et en Suisse, en tant qu’expert en agronomie tropicale. C-à-d: ses nombreuses missions impossibles, forcément avortées,  et ses surprenantes rencontres avec des scientifiques passionnés et passionnants et des ambassadeurs oisifs et piailleurs. Et les deux aphorismes suivants:

     Lire sauve de l’ennui mais écrire sauve davantage.

     Seul un imbécile est capable de dire à son voisin, de droite ou de gauche:

     - Essaie d’être un homme, un vrai, pour une fois.

     Car celui qui croit qu’il sait est prisonnier de son savoir. Et la découverte, comme la liberté, ne s’offre pleinement qu’à celui qui a de la peine à croire...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (10, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- Ma patrie, ce sont mes chaussures, a affirmé un jour Alejandro Jodorowsky, ce légendaire artiste aux multiples talents, et cela m’a fait beaucoup sourire.

     Aujourd’hui, la tête sur les épaules, sans doute à cause ou grâce à un ébranlement  dû à cette absurde guerre russo-ukrainienne lancée par le Concierge du Kremlin, j’acquière entièrement à cette pensée.

     Mais je dirais la chose un tantinet différemment. Non, je dis, je déclare:

     - Ma patrie, c’est celle de mes souliers.

     Et je précise pour les septiques, les hostiles aux produits étrangers:    

     - Non pas le pays où ils ont été fabriqués mais celui où ils résident, stagnent, sautillent ou trébuchent et qui permet à celui qui les porte de ne pas vivre comme un va-nu-pieds.

     Ce havre de paix que tout être a droit, bon Dieu!...

    Jodorowskyl-740x431@2x.jpg

    Alejandro Jodorowsky dit Jodo (pour plus d'info... cliquez sur la photo)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (9, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgDans chaque cité, il y a ceux qui accourent vers nous, ceux qui courent pour aller quelque part ou nulle part, ceux qui traînent des pieds et ceux qui attendent.

     Ces quatre types d’individus forment notre magistrale et belle société.

     Cela fait quatre catégories bien distingues. Vu du ciel ou de sa propre fenêtre quand on se donne la peine d’observer.   

     Parmi les adeptes de la première figurent les collecteurs d’impôts, version moderne bien entendu. Et parmi ceux de la dernière, ceux qui espèrent un soutien ou une aide, financière de l’état par exemple. 

     Dur dur l’attente, Alfred! Vite vite la dîme, Vadim!

     C’est ainsi que cela fonctionne en ce bas monde et personne n’y peut rien. Un pour tous et tous pour un n’est qu’un rêve, une promesse jamais tenue. 

     Chacun est dans sa bulle, suspendue dans les airs, en train d’épier l’autre à travers son iPhone ou son smartphone, j’écrirais dans un roman d’anticipation...

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (8, à suivre)

    Imprimer

     Plongée intégrale dans les écrits d’une tentative d’un essai précédent, supprimés de mon blog par crainte d’une condamnation arbitraire ( j’y reviendrai).

     Soit:

     La troisième mondiale (?) de Hank Vogel.jpgLa troisième guerre mondiale (?)

     Je réitère ce que j'ai écrit le cinq décembre de l'année folle (2021)!

     2022: adieu le virus made in..., bonjour la guerre? La Russie contre l'Ukraine et la Chine contre Taïwan?

     Quoi!

     J'habite non loin d'une caserne militaire et je ne vois plus mes petits soldats passer sous ma fenêtre... Et les armes rapportent davantage que les vaccins!

     P.S. (Journée des mecs en Russie): les romanciers ont-ils une meilleure vision du monde et sont-ils de bons psychologues en observant les politiciens?

     - Fais gaffe! Tu vas finir par te retrouver sur le banc des complotistes, m'a dit ce matin ma concierge ukrainienne. Un banc cent mille fois plus long que celui de la Treille.

    2

     Si j'étais Dieu, j'aurais dit à mon épouse céleste:

     - J'aurais dû envoyer toute une armée d'anges chauves et baraqués comme des ogres et non pas notre fils unique, chevelu et maigre telle une jeune fille... pour qu'ils comprennent vraiment le sens profond de la paix... Ils ont tous bien compris mais à l'envers, ces abrutis de terriens... Et maintenant, j'ai le problème de l'Ukraine sur le dos... Et... et...

     - Et?

     - Pour sa sécurité, ils auraient dû la faire entrer dans l'Europe.

     - Dû, dû! Tu n'as que ce mot dans la bouche! Ils qui?...

     - Et le libre arbitre, t'en fais quoi, ma belle?

     - Ils qui, bon sang?

    - Cesse de te comporter comme une Suissesse bien molle! Ou je t'envoie sur le terrain.

     Hélas! Je ne suis qu'un misérable de ses rejetons et, par conséquent, je ne possède que de très faibles pouvoirs. Penser toujours, imaginer souvent et prévoir de temps en temps.

     Et soudain, un son sourd et puissant me vient aux oreilles, sans doute à cause d'un météorisme divin, et j'interprète:

     J'ai l'impression que la Chine bouillonne d'impatience pour attaquer sa sœurette!

    3

     Concernant l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe: le seul homme d'état qui a vu venir cette horrible chose et l'a annoncé sans chichi au monde entier, c'est l'ami Joseph ou Robinette. Sans doute, le présage l'a frappé de plein fouet pendant qu'il prenait son bain ou sa  douche et qu'il pensait à feu son chien qui flairait facilement les renards autour de la Maison Blanche.

     Et dire que certains blogueurs pro Trompette se sont permis de le traiter de sénile!

     Errare humanum est, perseverare diabolicum.

     Quant à moi, simple pékin qui se méfie de Pékin, je n'ai pas eu besoin de songer à mon toutou, mort ou vivant, pour arriver à la même conclusion, j'ai tout simplement suivi le raisonnement suivant:

     Une armée de 150 mille hommes ou presque qui s’entraîne près d'une frontière d'un pays voisin qu'elle sous-estime n'agit-elle pas comme un boucher qui sort de son tiroir ses plus longs couteaux et se met aussitôt à les affûter? C'est bien pour s'attaquer à une grosse bête, non?

     Mais pourquoi donc le Russe fier de sa race, traite-il l'Ukrainien de Хахаль, homme de foutaise ou de fantaisie d'après google?...

    4

     L’ami Vova, au même titre que Joseph ou Robinette, est un vrai militaire. 

     Et non pas un pioupiou à la suisse qui se réjouit d’aller aux cours de répétitions uniquement pour revoir ses anciens camarades de l’école de recrue et jouer aux cartes avec eux. 

     Et un tel soldat, de carrière, en uniforme ou en habit civil, n’obéit qu’à son chef, coûte que coûte. Et le chef de Poutine, c’est  Poutine lui-même.

     Mais avant de juger cet homme et de le condamner à la méthode du procureur-bourreau surnommé le cocotier, cherchons d’abord de comprendre la mentalité du peuple russe, en général.

     En général?

     - L’équation est insoluble, a trop d’inconnues à des degrés différents et aléatoires, petit algébriste, me chuchote mon ange gardien, à l’oreille gauche, la plus sensible.

     Alors, je tâcherai de faire quelques petits portraits dans l’espoir de m’approcher d’elle partiellement. Si elle existe, bien entendu.

     Sur le champ, j’entends un bruit étrange venant du Ciel et j’interprète, vu mes attirances envers l’au-delà:

     Échec et mat!

     Et je m’interroge:

     La réponse serait-elle dans le jeu d’échecs? Mat étant la maladie? Quelle pièce de l’échiquier va ou doit disparaître pour que les canons cessent de tonner?

     Non, ne faites pas dire ce que je présents ou  ce que je souhaite. Car la frontière entre 
    ces états d’âme me semble bien floue.

     Je suis Suisse, donc neutre officiellement, dans un pays en guerre. 

     Si le gouvernement helvétique décide de faire sauter sa bombe swift dans le but d’endommager toutes les banques russes, je serai dans l’obligation de suivre la longue colonne des réfugiés ukrainiens en Suisse, dans mon propre pays.

     O.K., Messieurs et Mesdames de gauche comme de droite, déclenchez votre hiroshima financière mais ne me parlez plus jamais de neutralité

    5

         Finalement, mon ange gardien a parfaitement raison, je laisse donc tomber l’idée, sincère mais peut-être trop naïve,  de chercher à comprendre la mentalité du peuple russe, en général ou autrement.

     Car les mentalités changent au fil du temps et très vite d’orientation selon le cours des évènements. Les hommes sont de véritables girouettes.

     Et presque tous les pions, petits et grands,  du gouvernement helvétique, chambres comprises,  tournent à fond à droite. 

     Actuellement, les flèches sont bizarrement poussées par des vents européens.

     Pour simplifier les choses et sonder tout de  même la température mentale ambiante, du moment, disons-nous, à haute voix comme à l’école: 

     - Dans chaque nation, il y a ceux qui sont pour, ceux qui sont contre et ceux qui se tâtent. Ici comme ailleurs.

     Et pour être clair et transparent tel le beau quartz de nos chères montagnes, je vous signale que je fais partie de ceux qui sont contre. 

     C-à-d:

     Je suis contre la guerre, les conflits armés, les dictateurs, les miliaires de carrière, les fabricants et les marchands d’armements, les chasseurs et leurs chiens, les fabricants et trafiquants de stupéfiants, les sniffeurs,  les tagueurs, les prêtres pédophiles et ceux qui les protègent, les homophobes, les machos, les antiféministes, les sexistes anti-hommes, les maffieux tous azimuts, les assurances obligatoires, les loyers excessifs .... et ces flics qui se rangent toujours du côté des mieux lotis.

     Et je suis pour la liberté d’expression dans tous les domaines et tous les lieux, à condition qu’elle ne s’égare pas dans les sphères du mensonge et de la méchanceté, et... 

     E-mail de dernière minute:

     EDA-REP Moscow Regional consular center / moscow.cc@eda.admin.ch

     En raison du conflit militaire en Ukraine et de la fermeture de l'espace aérien européen aux avions russes, la plupart des vols directs des compagnies aériennes russes et européennes de et vers l'Europe occidentale ont été suspendus.

     Les vols directs entre la Russie et la Suisse ne sont plus possibles.

     Si vous souhaitez quitter le pays, utilisez les moyens de transport commerciaux disponibles. Les agences de voyage et les compagnies aériennes fournissent des renseignements sur les possibilités de vol. Il n'est pas exclu que d'autres liaisons aériennes soient réduites ou supprimées.

     Les retraits d'argent liquide ne sont parfois plus possibles. Les cartes de crédit internationales ne peuvent plus être utilisées que de manière limitée. Il est préférable d'emporter suffisamment d'argent liquide en dollars américains ou en euros. Renseignez-vous toutefois auprès de l'ambassade de Russie à Berne sur le montant maximal qui peut être importé et exporté au moment de votre voyage.

     Avis aux amateurs!

     La partie sud de mon blogue (destinée aux commentaires) ne doit nullement ressembler à un mur des lamentations mais plutôt au tableau noir de l' école universelle où petits et grands y étalent leurs idées... en suivant le même principe que moi concernant la liberté d’expression. 

     Soit, je me répète:

     Je suis pour la liberté d’expression dans tous les domaines et tous les lieux, à condition qu’elle ne s’égare pas dans les sphères du mensonge et de la méchanceté.

     Bref! Passons à l’autre face du disque où il n’y a point de chansonnette mais des cris  d’oiseaux qui pètent de colère.

     Voici donc un cri parmi tant d’autres:

     - La Suisse n’est plus neutre! Fini donc le diktat de Napoléon, ce lâche d’esclavagiste qui a fui la Russie en abandonnant ses troupes!

     Mais est-ce finalement un point positif pour l’avenir de l’économie helvétique et du petit Helvète? je me demande. 

     Le chiffre d’affaires, transparent si possible, des banques suisses en Suisse nous le dira... et la faillite de certains exportateurs de gruyère et de chocolat, nous le confirmera. Peut-être très bientôt. 

     Mais, certainement, le passeport rouge à croix blanche, vrai ou faux, va cesser de se multiplier dans le milieu du banditisme. Et ça, c’est une excellente chose en soi.

     Quant aux Suisses de l’étranger, tels que moi et ma chère épouse, on ne leur dira plus:

     - Bravo, vous êtes des gens bien, vous réfléchissez comme des sages même quand vous ne réfléchissez pas du tout.

      Mais désormais:

     - Vous êtes aussi minables que les Français et les Américains dont la liberté est aussi figée que leurs fameuses statues. 

     Dans le même envol, une commerçante de  farces et attrapes, m’a balancé ce matin:

     - Dans quel camp êtes-vous, cher Monsieur.

     Et je lui ai répondu, très calmement, politiquement:

     - Comme j’ai une double  nationalité, suisse et russe, et que j’habite actuellement à Saint-Pète, je considère que ma maison est en Russie et que mon balcon est en Suisse.

     Et à la fin de cette très brève allocution, je reçois sur mon portable une photo de ma petite fille Arina s’apprêtant à fêter le weekend des crêpes.

     Du coup, son sourire innocent me fait oublier la guerre.

     Mais jusqu’à quand?

    6

     Attendons la fin de ce diabolique spectacle! Pour l'instant, il n'y a que de terribles entrées et de lugubres sorties sur scène.

     Et de conséquents acteurs n'ont pas encore joué leur rôle.

     Fin de cette tentative...

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (7, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgLe fou aime la guerre, le sauvage les armes... seul l’être humanisé se contente de bâtir un meilleur avenir, en effaçant les montres de sa mémoire.

     - Maudit soit celui qui prie à l’aube et qui tue au crépuscule ou inversement! me cria aux oreilles hier soir, dans la  langue des anges, une mère syrienne ou ukrainienne qui avait perdu son mari et tous ses enfants lors d’un bombardement.

     Je sortais à peine d’une messe orthodoxe, en hommage à je ne sait qui et quoi. C’était à Saint-Pétersbourg, dans un rêve.   

     - Mais de qui parlez-vous, parles-tu? je demandai, tout déconcerté, à cette pauvre femme dont le visage était tout chiffonné et chargé de grosses larmes.

     - Du diabolique concierge, me répondit-elle, en tremblant... Tu vois qui c’est?

     - Non. Pas du tout. Car je ne flirte qu’avec des concierges féminines et félines.

     - A vrai dire, ce n’est pas le concierge mais le locataire.     

     - Le locataire d’où?  

     - Mais du Kremlin, pardi!

     - J’ai compris... Toi aussi tu as décidé de ne plus prononcer le nom de cet individu?

     - Oui, moi aussi.

     - Alors... alors...  

     - Alors quoi?  

     - Chut! C’est le début de sa fin ou le commencement de son effacement...               

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (6, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgLa Suisse est archi propre et extra belle, à mes yeux. Un joyau de beauté naturelle et de sobriété architecturale, quand on arrive de l’étranger.  

     Cela met du baume au coeur, certes. Mais pas suffisamment pour jubiler, ou jouir quand on est accro au sexe, tel un Finlandais le jour de la Saint-Jean.   

     Autrement dit, avec plus de délicatesse et de neutralité: toute splendeur enchante, exalte mais ne rassure pas. Au bout du compte et du conte.

     Et quand on n’est plus dans la force de l’âge, l’esprit a vite tendance à s’inquiéter. A moins que cela ne soit un handicap génétique ou un traumatisme éducatif. Et il y a de quoi vu mes ressources financières au pied des Alpes.  

     Ici et là-bas, quelle différence!  

     Là-bas, dans ma deuxième patrie, je vivais dignement, quasi comme un roi.  

     Ici, dans ma première, le berceau de mes racines ancestrales, je me sens forcé de réclamer une aide sociale pour vivre honorablement.  

     - La prestation complémentaire n’est pas une aumône mais un droit en cas de  nécessité vitale..., me précisa un soir mon père, à l’aube de sa remarquable vieillesse, lors d’une discussion au sujet des retraités en Suisse qui sont trop fiers pour la demander.  

     Du coup, illico presto, le 28 mars 2022, le jour de l’anniversaire de ma mère, je me rends, avec ma chère épouse, à l’Agence d’assurances sociales de Morges où nous sommes chaleureusement accueillis par le sieur Julien Staehelin...  

     A qui j’ explique tout bonnement dans quel bourbier nous nous trouvons suite aux sanctions prises par Berne à l’égard de la Russie, et de tous ses habitants, y compris les suisses de Saint-Pète ou du Bolchoï. Et ce à cause, bien entendu, de son absurde et sanguinaire agression vis-à-vis du peuple ukrainien.

     Soit, me concernant personnellement:  

     Plus de SWIFT, plus de fric versé sur mon compte russe! Donc pas le moindre kopeck  pour boire ni bouffer.  

     De ce fait?   

     Le retour dardar au bercail, dans le canton de Vaud, où vivent en pleine harmonie ma fille, sa famille et mon grand frère. Avant que le fou du Kremlin ne s’en prenne aux enfants de Tell coincés dans un ascenseur de décisions.

     Fort étonné voir ébranlé par notre situation précaire inattendue, selon moi, le Préposé de l’agence décide d’ouvrir un dossier mais pour que cela fonctionne en bonne et due forme et  arrive à bon terme, j’espère, nous devons déposer nos papier à l’Office de la commune de Préverenges, là où nous avons pu nous réfugier, et de nous inscrire à une caisse maladie conformément à la Loi...  

     Choses faites, retour chez notre bon samaritain, une semaine plus tard, le 4 avril 2022, jour de l'anniversaire de mon paternel cette fois-ci, pour d’autres questions et l’apport d’autres documents... anciens de plus de dix et de vingt ans. Soit: attestation de libre passage et acte de divorce.

     Bureaucratie oblige! Le Préposé n’y peut rien.

     Heureusement, grâce à l’efficacité, professionnelle ou pas, de deux gentilles taxatrices du Département des finances et des ressources humaines de la République et du Canton de Genève et celle de mon ex-femme, ces vieilles paperasses ne tardent pas faire surface.  

     Du coup, plus lumineux celui-ci, je me pose la double question suivante:  

     - Nos morts sont-ils soucieux de notre l’avenir et se manifestent-ils à leur façon quand les ténèbres nous tombent dessus?..     

    Lien permanent 2 commentaires
  • Tell une hirondelle sans nid (5, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- L’essentiel, c’est retrouver ses sources pour se ressourcer, m’a dit un jour ma concierge ukrainienne toute souriante à Saint-Petersbourg.  

     Aujourd’hui, elle ne sais plus où aller et quoi chercher, la pauvre dame. D’après un courriel amical.    

     Les guerres anéantissent tout sur leur passage et désorientent ceux qui ont pu se mettre à l’abri à temps. Je connais ça, mine de rien. J’ai vu ma mère trembler comme une feuille morte à en perdre la raison, à Alexandrie en 1956, pendant la Crise du canal de Suez.  

     Une année plus tard, ma famille et moi, nous fuyions l’ Égypte comme des voleurs. De faux voleurs!   

     Parce que les vrais, eux, s’obstinent toujours à rester sur place afin de faire davantage d’affaires avec les élus spoliateurs au détriment du peuple. Rongés par l’odeur et la couleur de l’argent, ces gens-là ont perdu toute notion de noblesse d’âme.  

     Cela tombe à pic!  

     En parlant de noblesse, une équipe de généalogistes israéliens m'a signalé tout récemment que je suis ou serais un des descendants du Comte Engelbert I de Nassau et de son épouse Jeanne de Polanen. Cela m’a enchanté sur le moment, bien entendu. Surtout en cette période d’infortune préfabriquée par des politiciens vaniteux et inconscients. Mais, à vrai dire, cette gymnastique cérébrale, propre aux primates instruits, n’a dura qu’un très bref instant. Car mes parents m’ont éduqué dans un esprit de grandeur digne d’un prince et d’une princesse exemplaires. C’est-à-dire: dépourvus d’orgueil et d’égoïsme...

    Hank Vogel, Tell une hirondelle sans nid.jpg

    Engelbrecht_I_van_Nassau-Breda_en_Johanna_van_Polanen.jpg

    Englebert Ier de Nassau-Dillenbourg est l'ancêtre de la reine Béatrix des Pays-Bas

    et également le mien. (Pour plus d'info... cliquez sur le dessin)

    Lien permanent 2 commentaires
  • Tell une hirondelle sans nid (4, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgPour l’instant, pour l’instant! Il y a des mots qui cachent bien des choses. Le repos du guerrier, un désir de tranquillité et de stabilité ou la mise à mort d’une fuite éternelle? La réponse est au fond de chacun de nous. Et non pas ailleurs.  

     J’ouvre une parenthèse:  

     Les experts de la santé mentale qui prétendent tout savoir sur la psyché humaine feraient mieux de courir le monde au lieu de s’endormir dans leur beau fauteuil en se gargarisant avec leurs connaissances toutes faites, sophistiquées et inculquées par des maîtres trop théoriques ou en écoutant les rêveries de leurs patients follement embourgeoisés. Car la douleur a de la peine à montrer son vrai visage dans un cabinet joliment feutré. C’est mon avis.  

     Je la ferme... cette parenthèse, bien entendu.  

     Me voici de retour en Suisse, officiellement. Aux pays de mes braves ancêtres. J’aménage donc allègrement pour la énième fois dans ma rocambolesque existence. Un lit, une table et deux chaises pour commencer. Le nécessaire existentiel pour vivre convenablement, dignement et non pas tel un mollusque. Le reste suivra. Bien que de nos jours, sans portable ni ordinateur, on se sens totalement largué, surtout au niveau des transports publics dans certaines régions lémaniques.  

     A cause ou grâce à ce sacré virus qui s’est échappé d’un buibui chinetoque, d’un laboratoire franco-chinois ou des souliers crottés de Satan, les chauffeurs d’autobus ne veulent plus ou ne peuvent plus vendre de  tickets. Quelle aubaine pour les resquilleurs patentés!   

     Et la plupart des guichets ont disparu au profit d’un ou de plusieurs logiciels de billetterie. Quel casse-tête pour les pépés et les mémés!   

     Seigneur! J’espère que mon prochain médecin de famille ne sera pas une image virtuelle déconcertante ou un robot trop inquiétant...       

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ne me volez pas ma perle (5, à suivre)

    Imprimer

     Ne me volez pas ma perle de Hank Vogel.jpgSolon croyait-il aux dieux de l’Olympe?  

     Selon moi, pas trop voire pas du tout.

     Si, par disgrâce, il était né au début du christianisme, l’idée d’une divinité unique, qui règne en maître absolu sur tout l’univers et qui possède un paradis céleste  réservé à ceux qui croient en lui, venant des terres poussiéreuses de la Palestine, l’aurait sûrement empêché de cogiter sur une société gouvernée par des hommes interchangeables selon le désir ou la volonté de ses membres.    

     La religion est l’opium du peuple, a dit Marx. Mais il a omis d’ajouter: toute idéologie, doctrine également.  

     Il n’y a pas plus sain et saint qu’un esprit libre pour découvrir les fruits que nous offre la liberté...

    Lien permanent 1 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (3, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgMe voici donc pour la deuxième fois de mon existence de retour au pays de mes ancêtres, trop chargé d’experts souvent corrompus, médiocres ou manquant totalement de courtoisie voire de pédagogie.      

     En effet, en fouillant dans l’un de me deux  disques durs, que j’ai glissés par chance dans mes bagages en fuyant une Russie en pleine décomposition, et meilleure mutation j’espère, dans l’espoir de trouver une document nécessaire pour établir ma situation vitale, financièrement, je suis tombé par hasard sur une lettre que j’ai reçue à l’âge de trente-et-un ans de la part des experts compétents, des Helvètes recyclés sûrement, dans le domaine de la cinématographie et une coupure d’un journal toulonnais datant de la même période.  

     Cela concerne mon premier long métrage, tourné avec de faibles moyens.  

     D’un côté, les experts suisses diktent:  

     Le film Le soleil des pauvres n'est pas convaincant. Il s'agit d'une oeuvre de débutant qui se veut littéraire mais qui n'est maîtrisée ni sur le plan du récit, ni sur celui de la transposition cinématographique. Le film est surchargé à tous égards: le sujet, l'intention et les symboles ne s'harmonisent pas; ils ne sont d'ailleurs pas arrivés à maturité. Les prétentions du metteur en scène vont au-delà de ses aptitudes artistiques et techniques.  

     Signé: Hans Hürlimann. Conseiller fédéral, démocrate-chrétien.  

     De l’autre côté, les amis de la jeunesse et du cinéma, soulignent pour le même ouvrage:  

     Le soleil des pauvres de Hank Vogel: tranche de vie d’un jeune poète à la recherche de son père. Film à la fois peinture et poème sur l’inquiétude, la tristesse, la pauvreté...  

     On voit là déjà que les Suisses sont pédagogiquement moins neutres que les Français, me dis-je...

    Tell une hirondelle sans nid.jpg

    Tell une hirondelle sans nid (2).jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (2, à suivre)

    Imprimer

     Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgAvant qu’un complexé agressif me dise tu veux ma photo?, je lui offre volontiers la mienne. Telle est ma devise, mon unique arme face à la violence.

     J’ai soixante-seize ans.   

     Quelle horreur! crierait une certaine jeunesse.

     Forcément! Selon ses affiliés, trop sûrs d’eux et nullement compatissants envers les faibles et des démunis, un retraité de mon âge n’est qu’un fruit  pourri en train de sécher sur l’arbre de la vie. Il ne sert à rien, il prend trop de place et coûte cher à la société.

     Mais d’après Steven et Kelly, mes petits-enfants, des adolescents bien éduqués qui habitent en Suisse, je suis une enfant dans un corps de vieux. Et j’estime qu’ils ont parfaitement raison.  

     Car! Car?

     Je n’ai jamais abandonné mon enfance, cette mine d’or chargée de riches connaissances et de fabuleuses expériences.   

     Autrement dit, cette période de mon vécu me colle au cul tel un cataplasme qui me propulse régulièrement dans les sphères de l’insouciance et de l’innocence...

    Steven et Kelly Vogel.png

    Steven et Kelly Vogel

    Lien permanent 0 commentaire
  • Tell une hirondelle sans nid (1, à suivre)

    Imprimer

    Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg

     Monsieur Cassis et ses Myrtilles m'ont foutu dans la m... en participant à la guerre économique contre la Russie, qu'ils aillent maintenant jusqu'au bout... qu'ils soient au moins pour une fois cohérents avec leur logique, bon Dieu!

     Les diplomates du Tsar voyou sont également des voyous, sûrement des membres des Services secrets post-soviétiques. Tout est une affaire de et entre copains dans une société soi-disant civilisée et transparente, comme partout ailleurs.

     D'après une parente très fidèle, 70% des Russes seraient des zombies qui soutiennent leur président, le chef d'un pays en décomposition par sa faute, et 30% des traîtres à la patrie qui cherchent à foutre le camp...  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Kiitos paljon, enfin un bol de liberté! (2, fin)

    Imprimer

    Kiitos paljon de Hank Vogel.jpg Ils se ressemblent tous les dictateurs, ces hommes de bas rang. Ils mentent, ils volent, ils aiment la guerre, ils nationalisent, ils sont têtus et vaniteux. Rongés sans doute par un ennemi qu'ils se sont fabriqué de toutes pièces.

    Ces tristes événements russo-ukrainiens me rappellent étrangement le colonel Nasser... qui disparut de l'échiquier, après avoir été empoissonné selon les mieux informés.

    Bref! Quand Dieu s'absente le temps d'une sieste, le diable devient encore plus méchant envers les siens. Vivement que ce moment arrive!

    Après une nuit en Finlande, me voici, avec ma chère épouse, de retour au pays de Tell où il y a toujours des arbalétriers très adroits voire à droite qui visent des pommes explosives. La nouvelle neutralité aura forcément de terribles conséquences, il faudra donc les assumer. Personnellement, je les assume déjà...

    Qu'importe! J'ai quasi tout perdu à Saint-Pète mais mon âme est toujours sereine et plus que jamais du côté des agressés et non pas des agresseurs. 

    Lien permanent 0 commentaire