- Page 2

  • Jørgensen et la belle Isis (33, à suivre)

    Imprimer

    Hank Vogel, Jørgensen et la belle Isis.jpgEt que vois-je, qui vois-je?

    La copie conforme de Nefertiti, la plus belle reine d’Égypte à mon avis. En chair et en os, forcément.

    - C’... c’... p... pour... quoi? je bégaye.

    - Je peux faire pipi? me demande-t-elle en entrant rapidement.

    - C’est...

    - Pas la peine, je connais l’appart comme ma poche.

    Et elle fonce aux toilettes.

    Que m’arrive-t-il? Suis-je en train de rêver? D’halluciner?

    Dans la voiture, m’a-t-on injecté un sédatif à retardement? Avec une aiguille indolore?

    Elle réapparaît toute décontractée.

    - Vous avez l’air bien songeur, me dit-elle... Ce n’est pas le bon moment?

    - Quel bon moment?

    - Personne ne vous a averti de ma visite?

    - Pardon?

    - Êtes-vous souffrant, cher Monsieur?

    - Allons nous assoir!

    Nous nous installons au salon.

    Errare humanum est, perseverare diabolicum. Mais quand les dieux se trompent, c’est toujours pour la bonne cause.

    - Personne ne vous a averti de ma visite? répète-t-elle.

    - Mon portable était éteint, je mens.

    - O.K. Par quoi voulez-vous... veux-tu que l’on commence?

    - Par le commencement.

    - Ce qui explique que tu es soit un timide soit un romantique... Hélas, hélas!

    - Hélas?

    - Malheureusement, je dois t’avertir que je n’embrasse jamais.

    - Jamais?

    - Jamais la première fois.

    - Moi, c’est tout le contraire... Sauf si la fille pue de la gueule ou qu’elle a mangé de l’ail.

    - Pourtant chez moi cette plante est considérée comme le plus naturel des désinfectants.

    - Où ça exactement?...

    Lien permanent 16 commentaires
  • Jørgensen et la belle Isis (32, à suivre)

    Imprimer

    Hank Vogel, Jørgensen et la belle Isis.jpg- C’est qui? je crie.

    - C’est moi, me répond une douce voix féminine.

    - Vous qui?

    - Isis.

    - Isis? Comme la déesse égyptienne?

    - Si vous voulez. Mais ouvrez-moi pour l’amour du ciel! Il y a urgence.

    Les mots, qui grincent à mes oreilles et qui reflètent le moindre danger imminent, me propulsent souvent dans un état incontrôlable d’extrême attention voire de compassion.

    Aux clameurs des êtres en détresse, le bon soldat, le véritable héros, pourtant méfiant et soumis aux ordres de ses supérieurs, se transforme aussitôt en un hors-la-loi prêt à perdre sa vie pour son prochain, de quelque bord qu’il soit.

    L’altruisme est une maladie innée, congénitale pour les crétins, qui ne se soigne pas. Telle que le conformisme, le patriotisme ou le traditionalisme.

    Nulle personne ne choisit délibérément son camp, ce sont toujours les circonstances du moment qui décident à sa place. Malgré ses tendances.

    Alors ni une ni deux, j’ouvre la porte.

    Et que vois-je, qui vois-je?...

    Lien permanent 3 commentaires
  • Jørgensen et la belle Isis (31, à suivre)

    Imprimer

    Hank Vogel, Jørgensen et la belle Isis.jpgToc toc!

    Zut! J’espère que ce n’est pas la bande à ce couillon de François, me dis-je... Non, ils auraient frappé comme des dingues, ces mal élevés de la nation.

    Je m’approche de porte l’entrée. Sur la pointe des pieds.

    Dommage que j’ai refusé que l’on y installe un judas ou tout autre œil de méfiance, mécanique ou électronique. Que voulez-vous, au début, à l’époque où j’étais marié, la sotte de concierge faisait correctement son boulot et Paris n’était pas aussi incertain, ce genre de gadget me semblait superflu et mesquin...

    Re toc toc!... Et rere toc toc!

    Et puis merde! Tant pis pour la prudence. L’avenir ne recule jamais face au présent.

    - C’est qui? je crie.

    - C’est moi, me répond une douce voix féminine.

    - Vous qui?

    - Isis.

    - Isis? Comme la déesse égyptienne?...

    Lien permanent 9 commentaires