Henriette d'Orbe (5, à suivre)

Imprimer

 Mon aïeule Henriette d'Orbe Hank Vogel - copie.jpgZut! J’ai oublié l’essentiel vu mon aversion, héréditaire probablement,  à l’égard des Anglais, peuple très sujet à ses rois et à ses reines et pourtant très hautain et méfiant. 

 Eh oui, j’ai omis de vous signaler, par pure négligence et non pas, comme mon arrière-grand-mère Henriette, par modestie philosophique, qu’en remontant sur l’arbre des singes... pardon des fantômes ancestraux de ma très chère Henriette d’Orbe, la comtesse de Montbéliard, et en suivant la branche de sa tendre maman, la vicomtesse de Châtillon-Blaigny Marie de Montfaucon, j’ai rencontré Derborgail de Galloway, l’arrière-petite-fille d’Henri de Huntingdon qui n’était autre que le second fils du roi David Iᵉʳ d’Écosse.

 Ce qui m’a permis de mieux comprendre pourquoi j’aime tant les tissus écossais et d’accepter  avec joie le résultat de mon test ADN. 

 Soit: 

 Ouest et nord-européen: 51,9%.
 Grec et italien du sud: 25,7%.
 Italien: 9,4%.
 Breton, irlandais, écossais et gallois: 8,9%.
 Asiatique de l'Ouest: 4,1%.

 Et mon adoration effrénée pour les friandises orientales qui viendrait certainement grâce aux 4,1% de mon sang ouest-asiatique, peut-être, à cause d’Anne de Kiev ou de Russie qui avait des origines byzantines, ou inversement une fois de plus...

Mon aïeule Henriette d'Orbe Hank Vogel *.jpg

Hank Vogel, descendant d'au moins cinq rois qui, pourtant, ne possède qu'une couronne en carton et ne peut naviguer qu'avec son yacht imaginaire.

Vrai ou faux?

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.