Deux mille vingt-deux (5, à suivre)

Imprimer

 Deux mille vingt-deux de Hank Vogel.jpgJe rentre dans un bistro. Il n’y a pas un chat. A part la patronne ou une serveuse, forcément. 

 Debout derrière son comptoir, totalement obnubilée par l’actualité sans doute, elle est en train de zapper en regardant la télévision.

 Je tousse exprès pour signaler ma présence et je me m’installe à une table. 

 - J’ai vu, j’ai entendu! crie-t-elle en éteignant aussitôt le téléviseur. Je ne suis ni sourde ni aveugle.

 - Que cherchiez-vous, un être sincère et intelligent parmi tous ces milliers de branleurs de drapeaux? je lui demande d’un ton amusé afin d’apaiser son agacement.

 Elle s’approche de moi, me toise un bref instant puis elle me dit:

 - Ça m’étonnerait qu’un mec pareil puisse s’intéresser aux funérailles d’une reine accro aux horreurs, de la retraite d’un tennisman chouchouté par des marques de luxe ou des menaces d’un président piqué aux hormones sur la sellette. A moins qu’il soit un journaliste bas de gamme et encore! Non, Monsieur, je cherchais une chose que seul mon ange gardien est capable de devenez... Une bière sans alcool ou un café noir? Et rien d’autre.

 Je souris.

 - Désolée, poursuit-elle, c’est la loi. Y compris pour les étrangers.

 Je fronce les sourcils.

 - Vous n’êtes pas d’ici, j’espère! s’inquiète-t-elle.

 Puis avec insistance et crainte, elle me demande:

 - Vous êtes bien d’ailleurs et non pas un flic déguisé en touriste ou en agent secret endimanché envoyé par la capitale? N’est-ce pas?

 Je me gratte le bout du nez et je lui réponds:

 - L’habit ne fait pas le moine, dit-on. Et l’accent encore moins.

 - Vous me faites peur!

 - Soyez rassurée, chère demoiselle, je suis citoyen d’un pays lointain, à bien des points de vue du vôtre, mais je passe toutes mes vacances d’été dans cette région, chaque année. Depuis mon enfance. Et ce pour faire plaisir à mes parents. Car mon vieux travaille ici comme... comme...

 - Comme?

 - Apportez-moi d’abord votre jus arabiscoté...    

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel