Alain Tanner, Jean-Luc Godard... in memoriam.

Imprimer

Deux maîtres ou plutôt deux enseignants de cinéma malgré eux...

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • La question juive : une obsession chez Godard
    Cher Hank Vogel, je suis désolé de ternir l'image que vous nous donné de J.L.Godard, paix à son âme :
    Godard aimait faire la comparaison avec les malheurs juifs .Ainsi le rappel des catastrophes dans les stades, comme le Heysel, rappelle le Vel d’Hiv dans son film Soigne ta droite. A ne pas oublier non plus ses propos sur Hollywood « inventé par des gangsters juifs », et sur l’invention du cinéma par ces producteurs émigrés d’Europe centrale ayant compris que « faire un film, c’est produire une dette ». Souvent antisioniste, parfois carrément antisémite, Godard ne comprendra finalement pas grand chose aux Juifs et à Israël, homme d’image affichant un problème avec la parole écrivait Jean-Luc Douin critique cinéma au journal Le Monde. (tiré de https://www.radioj.fr/2022/09/13/jean-luc-godard-grand-cineaste-etait-il-seulement-antisioniste/

  • Cher David,

    Merci pour votre commentaire...

    Godard a le génie de faire croire aux gens qu'il est un génie, m'a dit un jour mon directeur de la photographie (pour mes films en 35 et en 16mm). Et cette phrase me chatouille toujours l'esprit dès que j'entends quelqu'un parler de lui, en bien ou en mal.

    Fan de JLG moi? Jamais!

    J'ai appris le cinéma en visionnant des milliers de kilomètres de pellicule sur une table de montage. Souvent au ralenti pour comprendre les raccords...

    Bien à vous.

  • Godard est un chercheur qui a révolutionné l'acte de mettre en scène des acteurs dans un film , il avait des positions politiques tranchées tel que Freddy Buache l'a traité de fasciste avant de se rétracter, contrairement à Monsieur Frenkel dans son blog nul esprit de censure systématique pour qui n'approuve pas la Politique d'Israel

  • Merci Monsieur Vogel de nous avoir apporté ce témoignage personnel concernant Tanner et Godard.
    On peut aimer ou non Godard mais on ne peut que reconnaitre son apport au septième art, celui de nous faire penser et rêver à la fois. Il se considérait d'ailleurs comme un "essayiste" plutôt qu'un cinéaste. Il s'est interrogé durant toute sa carrière sur la finalité du cinéma. Pas sûr qu'il ait trouvé la réponse.

    Quant au commentaire du camarade blogueur, je me demande bien qui de Godard ou de Frenkel est le plus obsédé par la question juive? Contrairement à ce dernier, Godard n'analysait pas toutes les situations et ne jugeait pas tous les artistes ou auteurs à travers le prisme de l'"antisémite supposé ou en devenir".

  • Briand et Roger Vous profitez du blog de Monsieur Frenkel pour m'attaquer. Alors je demanderais à Monsieur Vogel de me donner la parole pour clore la discussion.
    1) Je ne censure aucun qui n'approuve la politique d'Israël, mais je ne passe pas les commentaires qui m'insultent. Nuance donc
    2) je rappelle à Roger le livre écrit par l'écrivain et cinéaste Alain Fleischer intitulé "Godard et la question juive". Par ailleurs, je vous rappelle le qualificatif de «sale juif» que Godard adressé au producteur Pierre Braunberger.

  • Oups ! Veuillez lire : "Vous profitez du blog de Monsieur VOGEL"

  • Non Frenkel, je ne vous attaque pas. Il suffit d'une opinion divergente de la vôtre pour que vous vous sentiez personnellement attaquée. C'est une attitude intolérante que vous avez démontrée à maintes reprises durant vos échanges avec de nombreux commentateurs. Vous vous en êtes également pris à des blogueurs sous le prétexte que leurs textes étaient "antisémites". En résumé vous ne supportez aucune contradiction.
    Quant à la controverse déclenchée par Alain Fleischer il y a une dizaine d'années, il a été le seul à avoir entendu les mots qu'il prête à Godard, alors que d'autres personnes étaient présentes. Dans ce cas qui croire?
    Godard a toujours soutenu le combat des palestiniens en tant que projet politique comme l'ont fait d'ailleurs Amos Oz, Grossmann, Avraham Yehoshua et Judith Butler. Cela ne fait pas d'eux des antisémites pour autant.

    Enfin, M. Vogel a relaté ses souvenirs personnels concernant 2 grands cinéastes suisses qui viennent de nous quitter. Son but n'était pas de les vouer aux gémonies comme vous vous délectez à le faire.
    Bonne journée.

  • Roger : 1) le blog de Monsieur Vogel ne doit pas servir à régler vos comptes avec moi, et je vais pas me lancer ici dans une discussion avec vous pour vous contredire. 2) Traiter le producteur Pierre Braunberger. de "sale juif" n'a rien à voir avec la lutte palestinienne. 3) je ne voue pas Godard aux gémonies, mais au nom de ma liberté d'expression je dis que les juifs lui posaient problème.

  • Pourquoi mon blogue ne serait-il pas à l'image de la Suisse, pays qui se veut neutre, où deux chefs d'état en guerre peuvent s'y rendre pour parler de leurs divergences et peut-être enfin faire la paix?

  • Mais cher Monsieur Vogel, je tends la main à tout le monde, et leur tape dans le dos. La preuve : je mets gracieusement à la disposition des lecteurs nombre de mes poésies et quelques mes nouvelles. Vous aussi Monsieur Vogel, mettez gracieusement à disposition du public vos écrits qu'on lit avec grand plaisir.

  • Cher David,

    Je sais, je sais, tout ça! C'était juste en passant... pour ou contre personne.

    Et je tiens à vous féliciter pour la clarté de vos écrits et votre courage à défendre si bien le pays de vos liens ancestraux.

    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.