Deux mille vingt-deux (2, à suivre)

Imprimer

 Deux mille vingt-deux de Hank Vogel.jpgGrâce à mes parents, quelques enseignants et de nombreux bouquins, j'ai acquis une certaine instruction. Qui n'a rien à voir avec mon intelligence. Cette dernière, qui est peut-être un don que  j'ai reçu du Ciel ou un des fruits engendrés par le mariage de deux ADN très compatibles de mes parents, m'a permis d'être ce que je suis aujourd'hui et serai demain. Une sorte d'enregistreur mental archi prudent, capable de juger, cataloguer toute information qui se dandine, s'exhibe ou se prosterne devant le portail de ma mémoire afin que celle-ci la range dans l'un de ses multiples tiroirs secrets.

 En d'autres termes ou d'une façon plus crue et plus directe:

 J'ai mûri à un tel point, depuis ma plus tendre enfance, que, contrairement à ces hommes et femmes qui, par conviction, naïveté ou conditionnement, font totalement confiance à leur chef d'état, leur chef de tribu, leur chef de famille, leur chef spirituel, leur chef de projet, leur chef de secteur, leur chef de service, leur chef  de rayon, leur chef d'équipe, leur chef de cuisine ou leur chef tout court, je me méfie de tout le monde. Surtout de ceux qui se pavanent devant leurs trophées.

 Ainsi, libre dans mes pensées et mes choix, j'ai suivi un parcours universitaire très chaotique qui, à force de contrarier les plus éminents de mes professeurs et de rater de ce fait à deux reprises mes examens de fin d'études, m'a toutefois permis de faire une découverte primordiale pour l'humanité, ou contre elle, et in facto, on m'a décerné le diplôme de chimiste...  

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.