L'espionne et moi (28, à suivre)

Imprimer

 L'espionne et moi Hank Vogel.jpgJe tourne sept fois ma langue sèche dans ma bouche encore plus sèche et je lui dis:

 - Une Mort subite de Théophile Vossen ferait également l’affaire. Mais un verre d’eau me suffira largement. Du robinet, je précise. Car je me méfie terriblement des eaux en bouteille. Elles sont bourrées de microparticules de plastique et d’autres produits chimiques et de synthèse.

 - A ce point-là? s’inquiète-t-elle.

 - Eh oui, ma chère! L’industrie des boissons soi-disant naturelles se moque éperdument des petits snobinards qui ne boivent jamais au robinet...  

 - Pourtant, je croyais que tu n’aimais pas la bière.

 - Tu as raison. Quelle mémoire!... Mais je ne la déteste pas. Surtout quand la soif est en train de me rendre fou.

 - Tu as soif?

 - Non, je crève de soif.

 - Ça se voit que tu n’es pas un vrai écologiste.

 - Comment ça?

 - Un vrai économise même sa salive et se sert lui-même pour empêcher que ses sembles ne gaspillent pas leur l’énergie pour rien, souvent pour rien.

 - ...

 - Bon, j’ai compris! 

 Elle part toute énervée et elle revient toute souriante avec une chope et une gueuze glacée sur un plateau d’argent...  

Mort-Subite-Gueuze_1.jpg

Cliquez sur la bouteille avant de la déguster!

(Qui connais à fond sa nourriture digère en parfaite posture.)

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.