L'espionne et moi (17, à suivre)

Imprimer

 L'espionne et moi Hank Vogel.jpgCoupure intellectuelle! Pour bien dire. Due à un besoin naturel et pressant. Ça aide beaucoup. A tous les points de vue.

 Assis sur un trône d’une propreté lumineuse, je rumine telle une vache fribourgeoise qui craint l’abattoir en terre vaudoise:

 Mourir aux idées chez soi, c’est plus rassurant que de crever l’abcès ailleurs. Vraiment? Je n’en suis pas si sûr. L’acte d’infidélité qui se passe au bureau n’est-il pas moins stressant que celui qui a lieu dans la chambre de la bonne, à la cave ou au grenier?... Son sirop à la noix de coco poivrée ou à Dieu sait quoi est-il en train de ronger mes meilleurs neurones en plus de mes boyaux? Elle croit quoi, cette vieille pute, que j’ai encore envie de la sauter? Surtout après ça... Tu rêves, ma Louise alias Carmen! Le temps de ma libido extrême a eu ses heures de gloire. Fini le temps de la chasse aux podiums! J’ai eu ma dose de plaisirs insensés. Place à récession et aux élans de la jeunesse maintenant. Chair à canons tous azimuts.

 Et je me mets à chanter:

 -  Ô Jeunesse! Méfiez-vous de ces forteresses construites en toutes pièces par les nobles, les rois et les bourgeois...

 Boum, boum!

 - Tu fais quoi? me crie Louise, derrière la porte forcément.

 - Devine, je chevrote.

 - Dépêche-toi, parce que moi aussi.

 - Alors commande du riz thaï en attendant. Ou appelle le service de dépistage de ton organisation...

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • André Thomann, juste et brillant rayon d'humour au sein des blogueurs de la Tribune de Genève, nous manquera à jamais.

    Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches amis.

    Hank Vogel

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel