Tell une hirondelle sans nid (22, fin)

Imprimer

 Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpgLe 7 avril, j’ai déclaré (mais avec d’autres termes et plus vulgairement):

 A cause de Monsieur Cassis, Président de la Confédération helvétique, et ses collègues, les Conseillers fédéraux, j’ai la tête au fond de l’eau.

 Aujourd’hui, je corrige cette déclaration en y ajoutant la locution grâce à. Justifiant ainsi le sens moral et philosophique de cet idiotisme, qui est mien: à cause et grâce à. Ou  grâce et à cause de

 Cela résulte probablement de l’éducation que j’ai reçue de mon père, qui me répétait souvent:

 - Non tutto il mal vien per nuocere.

 Et parfois en français:

 - Le mal ne vient pas toujours pour nuire.

 Tout cela pour vous affirmer:

 Certes, ils, Cassis et ses Myrtilles, ont failli me noyer mais la Mère Helvétie, avec ses nombreuses bouées bien solides, m’a sauvé de la noyade. Et l’hirondelle, qui plane dans mes sphères, a pu construire son nid.

 Mais ils ont également pris conscience que la neutralisé helvétique, infligée par Napoléon, dictateur par excellence, était une erreur historique. A moitié ou entre la poire et le fromage, malheureusement!

 Car, fabriquer des armes de guerre à outrance et refuser de les donner ou de les vendre en cash ou à crédit à un pays agressé et en péril, au nom de la neutralité, c’est soutenir son agresseur.

 Toute thèse mérite une contre-thèse. A condition qu’elle ne soit pas une foutaise.  C’est ainsi qu’avancent nos institutions. Vers la démocratie parfaite, dernier obstacle avant le paradis sur terre.

 C’est pareil pour tout le reste. L’avenir nous attend toujours les bras grands ouverts. A nous de pas baisser les nôtres.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.