Tell une hirondelle sans nid (12, à suivre)

Imprimer

 Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg- A force de trop parler de vous, vous finirez un jour de... d’en vouloir à vous-même, m’a sermonné hier après-midi mon psy qui, à mon avis, connait moins bien Freud et Young que moi... Et un ennemi de plus dans votre ciboulot vous rendra totalement irrationnel.

 Alors afin de rassurer mon soi-disant guide psychique et sociale dans sa croyance engendrée certainement par sa thèse universitaire, reconnue par d’éminents experts en foutaises, j’ai décidé ce matin de changer de fusil d’épaule et de tirer sur une toute autre cible. Prosaïquement: de radoter sur quelqu’un d’autre. Si possible avec grâce et retenue. Sans doute par charité chrétienne. Ou plutôt par éducation judéo-chrétienne. Étant donné qu’à l’école du dimanche, les histoires de l’ancien testament m’ont davantage ébranlé, impressionné, séduit voir conditionné que celles du nouveau.  A moins que je me trompe!

 Qui donc vais-je choisir?

 - Neurones ne vous précipitez pas au portillon! crierait mon âme sereine à mon esprit excité. Dans mon monde imaginaire toute entité a droit à la lumière. Puis aux ténèbres. Tôt ou tard. Son moment de gloire et sa période de défaite. 

 Bingo! Et voilà que le Concierge du Kremlin sort du lot. Nu comme un verre de terre et démaquillé.

 - Merde! je hurle... Je rêve ou quoi?...

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Davos ou le festival des paroles en l'air!

    Ils parlent, parlent... mais ne prévoient rien. Ni pour la planète ni pour l'humanité.

Les commentaires sont fermés.