Tell une hirondelle sans nid (11, à suivre)

Imprimer

Tell une hirondelle sans nid de Hank Vogel.jpg  J’attends!

 Tic, tac, tic, tac...

 Oui, en attendant qu’une lettre officielle m'annonce que je peux enfin dormir sur mes deux oreilles, en d'autres termes bien entendu, j’attends en outre en me remémorant des dates, des moments et des textes qui ont font tilt dans le coin le plus sensible et nostalgique de ma cervelle. 

 Par exemple: mon séjour chez mon grand frère à Pully, durant lequel il a évoqué, sous l'œil ardent de ma caméra, ses aventures et mésaventures en Afrique, en Australie, au  Brésil et en Suisse, en tant qu’expert en agronomie tropicale. C-à-d: ses nombreuses missions impossibles, forcément avortées,  et ses surprenantes rencontres avec des scientifiques passionnés et passionnants et des ambassadeurs oisifs et piailleurs. Et les deux aphorismes suivants:

 Lire sauve de l’ennui mais écrire sauve davantage.

 Seul un imbécile est capable de dire à son voisin, de droite ou de gauche:

 - Essaie d’être un homme, un vrai, pour une fois.

 Car celui qui croit qu’il sait est prisonnier de son savoir. Et la découverte, comme la liberté, ne s’offre pleinement qu’à celui qui a de la peine à croire...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.