Ne me volez pas ma perle (2, à suivre)

Imprimer

 Ne me volez pas ma perle de Hank Vogel.jpgMesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bonjour!

 Officiellement, je porte le nom de Henry Anton Scheffer et je turbine comme un zinc de guerre au Bureau central des plans de la ville de La Haye.  Mais mes proches et mes amis m’appellent Has et ils s’imaginent tous qu’au boulot je passe tout mon temps à fumer la pipe, de l’Amsterdamer pour les plus explicites. Parce qu’ils ne connaissent que cette marque populaire de tabac, grâce à la pub, et ignorent totalement toutes les autres forcément, entre parenthèses. Mais le pire dans cet univers relationnel dit de bonne compagnie, c’est qu’ils me considèrent comme un grand rêveur qui prend tout à légère. Noms, adjectifs, verbes et tout le tralala, y compris.

 Sympas les copains et la famille, non?

 Erreur fondamentale d’appréciation! Hélas, digne également de la plupart des êtres humains qui parlent pour parler. Tels  que les prêtres et les politiciens corrompus qui prêchent pour une société plus honnête.

 Oui, les dires et les pensées de la gent qui constitue mon cercle familial et amical ne valent pas un clou. Car, lors d’une conversation, avant qu’un mot fort, susceptible de sonner telle la cloche d'une cathédrale dans les oreilles de mon interlocuteur, ne s’échappe de ma bouche, il a été mille fois réfléchi.

 Voici quelques mots forts: démocratie, neutralité, liberté d’expression...

 Commençons donc à nous intéresser au premier de ces termes maltraités!...

Henry Scheffer.jpg

Henry Scheffer en 1971, peinture mixte de Hank Vogel

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.