Un amour entre les gouttes (30, à suivre)

Imprimer

 Un amour entre les gouttes, Hank Vogel.jpgLe lendemain de cette journée moralement ténébreuse, sur la terrasse de cette tour de Babylone, où les malades ont trop souvent de la peine à comprendre le langage des soignants concernant la souffrance et vice versa, j’aperçois un jeune homme, déguisé comme moi, en train de scruter l’horizon d’un air très hésitant.

 Blouse blanche trop courte et tablier blanc de travers, c’est certainement un étudiant qui est là pour les mêmes intérêts que moi, me dis-je.

 Je m’approche de lui et, après les habituels salamalecs et présentations entre jeunes, du genre salut ça va, moi c’est Jules et toi mon pote?, je lui demande:

 - Tu as le vertige, Maurice?

 - Pas du tout, me répond-t-il en souriant, je m’imaginais au sommet d’une pyramide.

  - Laquelle? Khéops, Khéphren ou Mykérinos?

 - La plus grande, c’est laquelle?

 - C’est Khéops.

 - Alors c’est sur celle-ci que je saluerai Amon, le dieu du soleil et du vent, très prochainement.

 - Comment ça?

 - Non, je plaisante! Je fais partie d’un clan de routiers-scouts... et pour le mois d’août, mon équipe et moi, nous avons décidé de visiter l'Égypte. Du nord au sud, jusqu’à la première cataracte du Nil...

 - Vous êtes nombreux?

 - Six pour l’instant. Trois anciens et trois novices... 

 - C’est cher le voyage?

 - La moitié de ton salaire mensuel, s’il est identique au mien.

 - C’est tout?

 - Pourquoi, ça t’intéresse?

 Et je saute sur l’occasion pour me vanter:

 - Tu sais, je suis né à Alexandrie, j'ai appris à déchiffrer les hiéroglyphes et je parle l’arabe. Peut-être plus comme avant. Mais ma présence pourrait vous aider dans ce pays bourré de moqueurs et de voleurs.

 Maurice me toise puis il me dit, le regard digne d'un pasteur débutant:

 - C’est très intéressant... Mais as-tu au moins dix-sept ans et es-tu capable d’adhérer au scoutisme?

 - J’ai dix-huit piges et je suis prêt à tout pour voir ce j’ai raté dans mon enfance, je lui avoue avec hâte et enthousiasme.

 - O.K., j’en parlerai à mon chef de groupe et tu as auras un réponse d’ici peu.

  Pourvu qu’il ne raisonne pas comme l'arménoïde maniéré! je m’inquiète. 

 Mais comme le fantôme de Robert Baden-Powell rode toujours autour de ses funs, le contrecoup ne peut être qu’un bon coup...

Robert_Baden-Powell_in_South_Africa,_1896_(2).jpg

 Le Lord des éclaireurs (pour plus d'info... cliquez sur la photo)

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.