Un amour entre les gouttes (9, à suivre)

Imprimer

 Un amour entre les gouttes, Hank Vogel.jpgSix jours plus tard, au même endroit, et  presque à la même heure, après la chanson Hello Mary Lou chantée par Ricki Nelson en branlant sa guitare, Ouly m’avoue, indirectement:

 - Le connard du laitier m’a également traité de la sorte et, en plus, il m’a menacé.

 - Non! je m’exclame... Le père de Muriel?

 - Qui d’autre! Il n’y a que lui qui livre le lait, la crème et le beurre dans le quartier...

 - De mort?

 - N’exagère pas! Mais c’est tout comme.

 - Il t’a dit quoi exactement?

 - Exactement, je me rappelle pas, j’ai tellement paniqué sur le moment. Tu auras dû voir son regard. Plus furieux que le sien, tu serais déjà chez les dingues, toi... Si j’avais la chevelure pareille à la tienne, il n’aurait sûrement pas réagi  aussi violemment ou pas du tout. Tu as de la chance d’être blond! A moins que le crémier considère Muriel vraiment comme sa femme. Et ça, c’est pire que tout.

 - Tu crois?

 - C’est un fait plus que probable... J’espère que le procréateur de ton prochain grand amour n’est pas de la même trempe...

 - C’est soit du protectionnisme paternel excessif soit du racisme indéfini... par exemple... par exemple...

 - Je t’écoute

 - Dans cette région maléfique, il suffit que tu utilises le mot bécane et non pas vélo ou cabinet à la place de toilettes ou de w.c. pour que tu sois aussitôt catalogué d’étranger suspect...  

 -  Quand nous étions petits, on nous appelait souvent Black and White. Tu te souviens de ça? C’était sympa, non?

 - Pourquoi cherches-tu à changer de sujet?

 - Et toi alors?...

Un amour entre les gouttes de Hank Vogel.jpg

Ouly et moi (de droite à gauche)

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Trognon la photo!

Les commentaires sont fermés.