Une fumée en couleurs (extrait, 2)

Imprimer

  Une fumée en couleurs.jpg... Huit mois plus tard, après plus ou moins seize heures de vol, nous atterrissons à Saïgon et, comme deux loups affamés mais de curiosité, nous partons presque aussitôt à la recherche du fameux bar dont le nom évoque tant le célèbre film de Francis Ford Coppala adapté du court roman de Joseph Conrad: Au cœur des ténèbres.

 Et que nous arrive-t-il au bout du compte? A peine entrés dans ce lieu si préoccupant, nous tombons sur le cul, tels deux cocus. Débutants ou déjà experts.

 - Je le savais, je le présentais! s’exclame  mon ami Tauxe... Aucune fille en tenue d’Ève. Point d’estrade, ni la moindre barre pour grimper, y frotter son cul ou s’y appuyer contre lorsqu’on est saoul comme un touriste zimbabwéen. C’est tout simplement un grand bar proche du café du commerce. Rien à voir à les images du reportage. Ils se sont bien foutus de nos gueules, les connards...

 - Ta description est parfaite, j’approuve. Certaines vedettes de la télé française ont la fâcheuse tendance à abuser de la liberté d’expression. Mais entre nous soit dit, nous ne nous sommes pas envolés pour le 17e parallèle uniquement pour ça, n’est-ce pas?

 - Si... Ou non, peut-être. 

 - Tout est prétexte pour accomplir sagement nos crimes. 

 - Je ne comprends rien à tes salades d’intello. Une bonne bière fraîche me ferait davantage du bien.

 - Alors allons consommer ailleurs, cet endroit me rappelle trop les dérapages de la presse dont j’étais témoin...

 - Elle ment comme elle respire.

 - Ne sois pas exclusif! Il y a des crapules et des types honnêtes dans chaque profession...

 - Oui, tirons-nous vite d’ici avant que l’on nous prenne pour deux chats en train de chier dans de la braise.

 - Mais moi, je prendrai un cà phê sữa đá pour me rafraîchir et me changer les idées.

Une fumée en couleurs*, Hank Vogel.jpg

Une femme en train de préparer un cà phê sữa đá

(pour plus d'infos... cliquez sur la photo)

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.