Ma Mère, cette Italienne (26, à suivre)

Imprimer

 Ma Mère cette Italienne, Hank Vogel.jpg9 décembre 1944: le Vatican reconnait le Gouvernement provisoire de la République française, présidé par le Général Charles de Gaule.  Et Antoinette Vogel accouche d’un bébé noiraud aux yeux bleus: Ulrich Friedrich Hans.

 Deux jours plus tard, au déjeuner, le capitaine français de bonne famille félicita son comptable-trésorier pour l’heureux événement qu’il venait d’encaisser et d’enrichir ainsi, ou d’alourdir, son rôle de père de famille. 

 Puis, entre la poire et le fromage, il lui demanda:

 - Et pour Madame, tout s’est bien passé? 

 - Oui et non, répondit Edgardon, l’air un peu perdu dans ses pensées.

 - Désolé!...

 - Rien de grave, à court terme!... Mais les Italiennes s’en sortent toujours à la longue... Et les Italiens s’en sortiront aussi, je l’espère.

 - Je ne vous suis pas.

 - Excusez-moi, je confondais la guerre et la maternité. Le feu et le lait... Mon épouse n’arrive pas à allaiter suffisamment  le petit. Probablement pas du tout.  Mais heureusement sa compagne de chambre, une Juive, est venue à son secours... Mon fils adore son lait, paraît-il. Il est aux anges! 

 - ...

 - C’est la Louve d’Israël a crié une infirmière en apercevant cette femme en train de nourrir deux nourrissons à la fois.

 - Que Dieu la bénisse!

 - Oui... même si l’on est athée. 

 Et au moment précieux du digestif, le téméraire loup des mers dit au prudent renard des montagnes, avec beaucoup de regret:

 - Dans trois semaines, le navire devra quitter définitivement sa soi-disant inséparable cale sèche et le port d’Alexandrie. Destination: New York. C’est une décision du Haut commandement de l’armée des États-Unis dont je dépends. Et vous également, indirectement en quelque sorte... Il estime que nous avons trop abusé de la terre ferme... Si vous acceptez  de participer à ce long voyage, vous aurez droit à la  nationalité  américaine illico presto en guise d’une décoration. Pour vous et les vôtres...

 - Les sous-marins allemands sillonnent encore la méditerranée? demanda le père inquiet.

 - Encore... et ailleurs. Mais ce sont les mines marines que nous craignons le plus.

 - Je refuse, alors!

 - Ce n’était pas un ordre mais une proposition... une décision à prendre, un choix à faire avec Madame...

 - Je sais mais je refuse quand même.

 - J’ai bien noté... Espérons que vous avez  fait le bon choix pour vous.

 En effet, c’était le bon. 

 Car, un mois plus tard, la Royal Navy informa Georges Syriani, grâce à ses nombreuses relations tous azimuts, que le fameux bateau espion qui naviguait sous pavillon panaméen avait explosé en pleine mer près des côtes maltaises. Aucun survivant!

 Et aucune autre information? 

 Aucune! Secret militaire, au nom de sa Majesté!...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.