Ma Mère, cette Italienne (25, à suivre)

Imprimer

 Ma Mère cette Italienne, Hank Vogel.jpgEt le soir, avant la quasi obligatoire partie de poker à la lueur des bougies due au black-out et pendant que la Milanaise jusqu'aux os et l'Alépine d'adoption  papotaient à la cuisine à la lueur de la lune, le rescapé de la bataille d’Alep dit à l’évadé des Alpes glaronaises, avec des mots contraires à ses habitudes:

 - Tu verras, vu tes performances commerciales, ton niveau intellectuel, ton côté aristo et ton calme parfois pathétique, tout ira à merveille, j’en suis persuadé. Oui mais... bien que....

 - Plaît-il?

 - Bien que l’équipage soit composé de têtes  brûlées et d’anciens bagnards repentis mais toujours assoiffés de sang et accros à la violence surtout lorsqu’elle est bien ciblée envers les copains et les petits copains d’Adolf et de Benito, le capitaine est un Français de bonne famille qui adore la cuisine et la littérature française, forcément.

 - C’est parfait!

 - Maintenant que j’ai enfoncé un peu plus le clou, acceptes-tu de mettre en sourdine ta neutralité infantile et de participer ainsi à cette glorieuse aventure?

  - Si Noussy t’a clairement dit oui, comment pourrais-je m’opposer à sa décision?

 - Mais... mais... qui de vous deux porte le pantalon? 

 - Personne mais elle me connait mieux que sa poche.

 - Vraiment? A ce point-là?

  - Que veux-tu, dans chaque Italienne sommeille une louve qui se réveille chaque fois qu’un romulus ou un rémus est en danger. Tu n’as pas remarqué ça, toi? 

 Ignorant tout de la mythologie romaine,  le docker ne répondit pas mais grimaça bizarrement et proposa aussitôt à son beau-frère:

 - Après la guerre, nous pourrions faire des affaires ensemble... dans l’immobilier par exemple. Qu’en penses-tu?

 Edgar fonça les sourcils.

 - C’est ça! s’inquiéta le Syrien. Ta as peur que je te fasse une entourloupette, n’est-ce pas?

 - Il ne s’agit pas ça, expliqua le Glaronais avec un sourire mitigé. Les locataires ne sont des sources faciles à gérer. Et j’en la preuve flagrante avec cette maison que je possède...

 - C’est normal en ces temps si chaotiques! Les gens ont moins d’argent, leurs petites économies et les fortunes fondent comme neige au soleil...

 - Sans aucun doute. Sauf pour ceux qui font du marché noir et ceux qui vendent des armes comme...

 - Comme?

 - Le mari de ma nièce qui a le même âge que moi.

 - Non!

 - D’après Noussy.

 - Ta femme a beaucoup d’imagination... elle devrait écrire des romans policiers.

 - Malheureusement, elle n’a pas ni la patience ni la passion pour ça.

 - Dommage... Et toi?

 - Moi non plus.

 - Alors?

 - Alors quoi?

 - On s’associe après la guerre?

 - Certainement, pourquoi pas. Mais avant cela il faudra que j'aille explorer le cœur de l’Afrique avec mon petit frère Charly. C'est une promesse...

 - Dans quel but? Pour y planter du café?...

 - Chut! Nos épouses se pointent...

Edgar Vogel en Afrique (2 juin1949).jpg

2 juin 1949, au Congo belge, Edgar a tenu sa promesse...

Edgar Vogel en Afrique.jpg

   Charly à gauche et Edgar à droite du Père Blanc.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.