On nous obserse (37, à suivre)

Imprimer

 On nous observe, Hank Vogel.jpgQuoi agencer, quoi bouleverser ou quoi inventer afin que mon père cesse de prendre sa vilaine vessie pour une splendide lanterne magique, faiseuse de miracles? je me demande plusieurs fois, dans l’ordre et le désordre... Déjà, le vieux zèbre, à force de galoper comme une gazelle, a fini par se faire repérer par la première lionne de sa mainmise et de l’empire britannique. Vraie ou fausse, ma demi-sœur et sa mère ne me faucheront pas le pactole qui m’est destiné!

 Ne trouvant aucune solution, sans virgule ni point d’interrogation, soit parfaitement concluante, à ce problème, je cours chez Zita et j’étale tout sur le tapis. Je lui dévoile toutes mes préoccupations et tous les secrets des Fuck, ma propre famille.

 Et, après m’avoir écouté avec beaucoup d’attention, la belle Lucquoise me dit:

 - Sois inventif au plus haut degré! 

 - Tu me l’as déjà suggéré dans les escaliers, je lui fais remarquer... C’est facile à dire.

 - Qui veut vraiment peut vraiment?

 - Comment?

 - Ton cher paternel ne garde-t-il pas dans son coffre quelques anciennes peintures florentines ou d’ailleurs et ne porte-t-il pas une affection toute particulière pour Leonardo da Vinci?

 - Oui, effectivement... Quel rapport?... 

 - Alors raconte-lui que ta promise n’est autre qu’une descendante de Cecilia Gallerani et il ne se sentira plus pisser. Puisqu’il tient  tellement à sa vessie... 

 - Cecilia, la Dame à l'hermine? 

 - Parfaitement.

 - Mais... mais... il voudra la connaître.

 - Aucun problème.

 - Tu la connais?

 - En chair et en os.

 - Et si... et si... non, je ne peux pas faire ça à celle que j’aime.

 - Je la connais?

 - En chair et en os.

 - C’est qui?

 Sur-le-champ, je savoure à nouveau cette réflexion:

 J’adore ces moments où rien ne se passe ou presque. Mais où tout se prépare. Pour attaquer ou déguerpir.

 Et un ange, imaginaire ou réel, me chuchote à l’oreille, la gauche, moins bouchée que la droite:

 - Maintenant ou jamais. 

 - C’est qui? répète Zita.

  - C’est toi.

 - Vraiment?

 - En chair et en os.

 - Alors la descendante de Cécilia, c’est également moi.

 Ainsi, ainsi... ainsi soit-il! Toutes les étoiles du firmament ne sont pas assez nombreuses pour rivaliser avec la joie qui brille dans mes yeux...

Cecilia Gallerani.jpg

Cecilia Gallerani (pour plus d'informations, cliquez sur l'image)

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.