Regards (extraits, 17 à suivre)

Imprimer

 Regards Hank Vogel.jpgUn médecin qui préfère écouter d'abord la pharmacienne du coin ensuite son patient n'est pas un médecin mais un sorcier qui flirte avec une marchande de drogues.

...

 Un médecin qui fume comme un pompier et qui boit comme trou est un médecin suicidaire. Heureusement, je n'en ai connu que deux dans ma vie.

...

 Lors de ma première visite chez un médecin débutant, pourtant ami d'adolescence et fils de pasteur, j'ai raconté à mon éventuel sauveur que chaque fois que je vais chez le coiffeur et qui me coupe les cheveux un peu trop court, mes yeux se mettent à gonfler une heure plus tard;  le bougre m'a aussitôt ri au nez.

 Alors, en sortant de son cabinet, je me suis demandé: le jour de mon dernier soupir, me sourira-t-il aussi comme un benêt? Et je ne suis plus jamais retourné chez lui. Ni chez le coiffeur, d'ailleurs.

 Mais, heureusement, sur le chemin de la providence, j'ai croisé une Sibérienne, à moitié sorcière, qui n'avait pas froid aux yeux... et qui n'avait pas un poil dans la main.

...

 Là où je séjourne actuellement, mon médecin et sa remplaçante m'ont fortement déconseillé de me faire vacciner. Car ils doutent sérieusement de l'efficacité du vaccin fabriqué par une société proche du pouvoir.

 Que faire? Retourner en Suisse, pays soi-disant incorruptible, et sonner à la porte du fils du pasteur ou à celle du rigolo qui lèche les bottes de la pharmacienne du coin?

 Ou me rende tout simplement au premier poste de police, également en Suisse, et de supplier les cervelles-en-béton présentes de me mettre en taule avant qu'un tribunal  arbitraire ne me juge de criminel de guerre bactériologique et ne m'exécute sur le champ?

 Le monde est devenu si fou que même la morale et la liberté ne savent plus sur quel pied danser.

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Un autre regard :
    Habitant au pays des songes, Lulu mon pote, larme à l’œil, me confia :
    « Te rends-tu compte, ma vieille qui a été frappée d’un AVC, s’est vue refuser l’admission aux urgences des GUH !
    - Ah bon ? Et pourquoi ?
    - Quand l’ambulancier s’est présenté avec le brancard en bandoulière, le gus de service, s’est écrié :
    « c’est complet !!! »
    J’avais beau ruer dans les brancards, le nière se traînant dans l’ornière, baragouina :
    «Les Urgences sont envahis de Covidiens. Emmenez votre mère dans l’Au-delà ; là-bas il y a toujours de la place, et paraît-il, même les non-vaccinés y sont admis»
    En entendant ces paroles, j’avais envie de me flinguer...

    Allez, bonne soirée

Les commentaires sont fermés.