On nous observe! (31, à suivre)

Imprimer

 On nous observe, Hank Vogel.jpgUn silence.

 J’adore ces moments où rien ne se passe ou presque. Mais où tout se prépare. Pour attaquer ou déguerpir. 

 La vérité, présumée réelle, fait parfois mal aux yeux. Ou au cul,  penserait Zita, mais le vieux singe est blindé jusqu’au trognon. Il fonce dans la foule comme les taureaux dans les rues de Pampelune. Et qui s’y frotte, risque fort de se faire encorner.

  - Tu ne te reposais pas, tu lisais, m’accuse mon père. Du porno, je suppose.

 - Exactement! j’ironise... Ou plutôt la pièce à conviction qui a foutu le bordel dans ton boudoir et ta vie privée.

 Et je lève triomphalement L’homme de Skardou.

 - Tu arrives à lire le titre ou il te faut une grosse loupe? je lui demande avec un sourire narquois. 

 - M... m...

 - Une bonne gomme t’aurait mieux protégé. Mais voilà! Celui qui est trop souvent râpe finit toujours par payer les conséquences de son avarice... A qui l’as-tu prêté, ce bréviaire? Et dans quel but?... 

 - Faut tout de même pas exagérer! Ce n’est qu’un triste récit, les balbutiements d’un explorateur à la dérive...

 - Ne change pas de conversation!... C’est qui DB?

 Il rougit. Cela me choque, c’est la première je le vois ainsi.

 - Une ex ou une maîtresse? je crie.

 - Mais de qui parlez-vous? miaule ma mère, tel une chatte effrayée, en se pointant brusquement.

 Mon paternel sursaute.

 - Tu m’as fait peur, reproche-il à sa épouse, gentiment... Tu sais bien que j’ai le cœur fragile...

 - Pardon, mon chéri...

 - Nous parlions de mes ex copines, j’explique aussitôt à ma maternel, pour brouiller les pistes.

 Car, en mon âme et conscience, je pense:

 Mieux vaut mentir en préservant ainsi la paix que de déclencher une guerre en divulguant des vérités pas encore vérifiées. Et puis les histoires extraconjugales ne regardent que les couples concernés.

 - Et de qui d’autre? nasille-t-elle.

 - Va vite te mettre des gouttes dans le nez! ordonne le vieux rusé à sa vieille. Je crois que tu as attrapé un rhume.

 Et je suis à deux doigts de pouffer...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.