On nous observe! (28, à suivre)

Imprimer

 On nous observe, Hank Vogel.jpgDans les escaliers, un peu gêné, je dis à Zita:

 - Ce n’est de ma faute si le chauffeur de taxi à la con n’a pas voulu accepter ma carte de crédit...

 - Tu n’as pas besoin de te justifier ni d’être vulgaire d’ailleurs, grogne-t-elle.

 - Je te rembourserai, c’est sûr.

 - J’y compte bien... mais autrement.

 - C’est-à-dire?

 - A toi de voir!

 - Comment? 

 - Pour une fois dans ta vie, sois inventif au plus haut degré. Trouve quelque chose à ne pas faire chier la caque, dirait un Jurassien du même calibre que toi... Cherche mais cherche bien, camarade!

 Elle rentre chez elle, moi chez moi. Elle: souriante et décontractée. Moi: la gueule de travers et la tête chargée d’un tas d’histoires à devoir raconter et inventer.

 Hier, dans mon ma triste jeunesse, certains de mes maîtres d’école et professeurs de  collège cherchaient à me faire la morale ou à me saper le moral en me répétant comme des perroquets les proverbes suivant:

 Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

 Et:

 Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

 Aujourd’hui, c’est donc à moi de rendre la monnaie à ces bourges qui ont soutenu ces bourriques de première classe. Comme penserait ma concierge bien aimée!

 Alors, en franchissant le seuil du salon, je déclare haut et fort à mes parents avachis dans leur canapé convertible made in Ikea, réservé pour des amis qui ne viendront jamais: 

 - Il n’est pire bourgeois que celui qui refuse de le reconnaître. Ainsi, j’ai décidé de m’embourgeoiser davantage, je vais me marier.

 Aussitôt, mes créateurs se lèvent d’un bond, telles deux marionnettes mal ficelées ou plutôt tirées par des ficelles embrouillées, et mon père me demande d’un air fort étonné et inquiet:

 - Avec un homme ou avec une femme?

 - Bravo, Papa! Ta réaction, ton attitude est digne d’un homme du vingt-et-unième siècle.

 - Mâle ou femelle?

 - Je choisirai un mec seulement après mon troisième divorce.

 - Dieu soit loué!... C’est qui?

 - Surprise! Je ne la connais pas encore... pas encore trop bien. Mais elle si!...

 - Ce qui veut dire aussi que tu as trouvé un boulot, n’est-ce pas?

 - Là, c’est flop, huée ou sifflet, mon cher père! Ton attitude n’est plus digne d’un homme du vingt-et-unième siècle. Retour au temps des patrons et des esclaves!

 - A quoi joues-tu fiston?

 Pour calmer le jeu, avant qu’il ne parte en éclats, ma mère s’approche de moi, m’embrasse sur le front et me dit:

 - Va te reposer dans ton chambre, mon chéri, tu sembles si fatigué. Nous parlerons de tout ça plus tard. Après la sieste. D’accord?

 - O.K.

 Et j’ajoute sourdement, en m’éloignant d’elle:

 - Tu as raison ma bernardine, ton despote de pape m’épuise.

 Ainsi que:

 Mieux vaut tout rendre en dérision que d’en faire tout un fromage pour trois fois rien, pimente ma cervelle... 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.