On nous observe! (20, à suivre)

Imprimer

 On nous observe, Hank Vogel.jpgLe lendemain matin, après le petit déjeuner, lors du colloque, le professeur, responsable du service auquel on m’a affecté dont j’ignore totalement ses objectifs et sa véritable utilité, faute de tout et de rien, me conseille à plusieurs reprises d’aller voir ailleurs si deux fois deux font toujours quatre, en des termes plus savants bien entendu.

 A force de répéter, on finit par se répéter... Il a chopé le tic du vieux pion, le clinicien pistonné, me dis-je, après sa charmante visite.  

 Rassuré par son état mental, plus catastrophique que le mien, et fou de joie, tel un condamné à mort gracié à la dernière seconde, je téléphone à Zita et lui demande gentiment de bien vouloir me ramener mes habits, lavés ou encore sales, afin que je puisse rentrer chez moi.

 Chose dite chose faite... non, en route! Car avec elle rien n'est certain.

 Alors, en attendant que ma concierge adorée veuille bien se pointer à l’horizon, je plonge dans les fabulations du sieur de l’Himalaya. Exactement, à partir de la page 17...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.