Le démon de treize heures (20, fin)

Imprimer

 Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpgIl y aurait 324 de pays dans le monde mais seulement 195 sont considérés comme des états à part entière et 2, bien que toujours assis sur un strapontin confortable, comme des figurants parlants, des silhouettes par l' O.N.U., le Vatican et la Palestine.

 Notre société est un vrai spectacle, tantôt tragique tantôt comique ou plutôt les deux à la fois. 

 Eh oui! Les princes, les rois, nos dirigeants ancestraux,  à force de se la couler douce, ont fini malgré eux par céder leur trône à leurs valets de chambre, attitrés ou favoris: les bouffons! Qui n’ont pas cessé d’imiter leurs protecteurs... en mieux. Non, en plus gras! je gueulerais les jours de dégoût.

 A mort les carrosses! Vives les limousines!

 Ainsi, les badauds, ainsi que les journalistes et les photographes qui œuvrent pour les revues à sensations, la bouche ouverte, accourent dans les rues pour voir défiler à toute pompe ces automobiles polluantes où sont assis les chefs d’état soi-disant favorables à l’écologie.

 Mais voilà, la sécurité prime avant tout le reste! Le reste vient forcément après, très loin après. En somme, il compte pour du beurre.

 Moi, moi, moi... d’abord! Toi, toi, toi... vas te faire voir par les Grecs de Lesbos et d’ailleurs!

 L’être humain est un drôle d’oiseau qui ne se prend pas pour la queue d’une pie, dirait ma concierge Irma qui fut taxidermiste avant de se faire déplumer par les autorités de sa patrie et de fuir celle-ci pour des raisons politiques. Il adore paraître et faire croire  aux autres qu’il est le plus beau, le plus fort et le plus intelligent de tous. Mais pas nécessairement ou pas du tout le plus sage. 

 Pour preuve:

 Je songe au jeune et imprudent président: Emmanuel Macron.

 Quelle idée il a eu de vouloir embrasser toute la foule d’un seul coup ou presque au risque de se faire poignarder. Pardon, gifler! C’est moins douloureux et plus rassurant. 

 Tu l’as cherchée? Eh bien, tu l’as eue, mon garçon!

 Mais voilà, à nouveau, que la justice, jamais pressée, se presse comme un lavement et condamne aussitôt le gifleur à plusieurs mois de prison. 

 Un crime de lèse-majesté, selon les pharisiens de la noble France. Et un tel crime ne peut mériter qu’une sévère sanction. Bourges de la révolution! Faux maquisards! 

 Pourtant, Jésus aurait tendu l’autre joue. Mais le prodige de Nazareth n’est que le fils de Dieu, dont le royaume semble si douteux aux yeux des républicains.

 Je retranslate donc, en français bien entendu, succinctement mais en toute transparence, les pensées secrètes d’Irma ma douce:

 - Le plus connard des connards adore paraître et faire croire  aux autres qu’il est le plus beau, le plus fort et le plus intelligent de tous. Mais pas le plus sage. Hélas pour lui! Il devra rendre des comptes au guichet du paradis.

 Pour mettre un terme à cet mascarade existentielle, je déclare haut et fort: 

 - La vie est un immense théâtre populaire où l’on joue des pièces absurdes et où les spectateurs sont sur scène et les pauvres comédiens, faute de sincère talent, au chômage. 

 C’est ainsi que j’ai pu interpréter les rôles suivants:

 Le bébé tranquille, l'enfant capricieux, l’adolescent curieux, le premier de classe, l’étudiant paumé, l’amoureux, l’adorateur trahi, le séducteur, le pornographe, le mari fidèle, le père de famille, l’époux infidèle, l’employé sérieux, l’étalonneur, le chef de laboratoire, le romancier, le scénariste brouillon, l’acteur, le monteur  et le réalisateur de films, le bleu en politique, le gréviste, le traitre, le divorcé, le solitaire, le voyageur, l’aventurier, l’enseignant bénévole, le professeur de cinéma, le directeur d’école, le remarié, le retraité et enfin le vidéaste avant-gardiste et l’écrivain libre.

 Ainsi, j’ai passé de la tendre enfance à la dure vieillesse en passant sans regret par les divers démons de midi. Soit: à la trentaine, à la quarantaine et à la cinquantaine.

 Et maintenant?

 Le démon de treize m’habitue, du matin au soir. 

 Souvent, après chaque une bonne sieste, je pète un bon coup et je me dis:

 J’en ai vraiment rien à foutre des diktats et des discours des soi-disant grands de ce monde. Dont la plupart sont des corrompus et des hypocrites. 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.