J'ai aimé et tué ma soeur (40, à suivre)

Imprimer

J'ai aimé et tué ma soeur, Hank Vogel.jpg  - La théorie du complot est à la mode ou à nouveau à la mode. Tout imbécile heureux qui n’adhère pas aux idées de la grande masse est considéré de connard, de complotiste, de conspirationniste voire de terroriste par les partisans inconditionnels de celle-ci. Et tout imbécile heureux qui adhère aux idées de la grande masse n’est pas mieux considéré par les adeptes inconditionnels du complotisme. D’un côté nous avons les partisans et de l’autre les adeptes. Dans quel camp sommes-nous?... Dans quel camp suis-je d’après toi? 

 - ...

 - Brièvement: certains chercheurs, spécialisés dans le domaine social et bien installés, prétendent que ceux qui sont contre le système dans lequel ils vivotent, forcément, ont un sacré penchant pour les théories du complot. Et ce pour se rassurer. Donc... donc...

 - Donc?

 - Jésus était un complotiste, un conspirationniste, un conspirateur, un terroriste... 

 - Comment ça?

 - Il a comploté en faveur du Royaume de Dieu et le système de l’époque, bigarré certainement, l’a crucifié. Il est mort sur la croix et... et...

 - Il a ressuscité.

 - Oui, mais d’après les évangiles, écrits par ses apôtres... Également des histoires du complot?... J’attends une réponse.  

 Le Congolais, l’ Ivoirien ou le Suisse naturalisé me fixe du regard et se met aussitôt à suer.

 - Pas de réponse, bonne réponse, dis-je en baissant les yeux. Tantôt nous marchons au pas, tantôt nous pédalons dans la semoule...

 - Tes propos me donnent des sueurs à la fois froides et brûlantes, se plaint-il promptement... Tu ne vois pas que je transpire comme un nègre. 

 - Ça se remarque à l’œil nu mais c’est toi  seul qui peut le déclarer en ces terres hostiles à la vraie liberté d’expression.  

 - Qu’essaies-tu de me faire comprendre?

 - Rien du tout... Ce serait trop dans la même journée.

 - Alors parlons de la pluie et du beau temps.

 - Pas si vite, futur bourge et bouffeur de longeoles! Pas avant d’avoir mis un terme à ma réflexion. 

 - Quelle réflexion?

 - Pourquoi le harceleur de ta frangine me cherche des emmerdes.

 - Pour moi, c’est clair et net et je te le répète: c’est un raciste, il déteste les noirs et ceux qui les défendent.

 - Probablement aussi... Mais la principale et la plus vraisemblable raison est celle-ci... oui, celle-ci... Je suis certain à quatre-vint-dix-neuf pour cent. 

 - On dit nonante-neuf ici.

 - Je ne vis pas encore ici. Et puis, qu’importe les habitudes, l’essentiel c’est de se comprendre...

 - Accouche donc! 

 Je me frotte les mains tel un patron après avoir entubé le plus coriace de ses créanciers et je conclus ma thèse ainsi:

 - Le commissaire est obnubilé par un portrait de Anke que j’ai publié sur internet. Il  est persuadé que suis l’auteur de l’assassinat de cette gamine et de la disparition de son corps. Malheureusement, c’est un flic  qui raisonne presque comme flic ordinaire. C’est-à-dire: tel un scientifique qui a besoin de preuves matérielles pour justifier ses recherches mais qui, en parfait fils à sa Mamma, va tous les dimanches à l’église. D’après lui, on ne peut pas tuer quelqu’un autrement qu’avec une arme, un instrument, un objet, ses mains, ses pieds ou ses dents. Laissant ainsi des indices, des traces ou des empruntes. Pour lui, tuer quelqu’un par la pensée, c’est de la pure science-fiction. Pourtant certaines personnes, dont mes soi-disant soignants à l’hôpital, ont dû lui faire part de leur consternation face à ma dernière expérience insolite. Qui concerne plus la mort que la catalepsie.  Ou seule la Faucheuse. Et qui  pourrait justifier mes pouvoirs maléfiques. Mais voilà! Sans du solide, du palpable, Raoul patauge dans la semoule, il marche souvent à côté de ses pompes... au lieu de se préoccuper des affaires beaucoup plus importantes, essentielles. Et ce n’est pas le seul flic sur terre à agir ainsi.

 - ...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.