Le démon de treize heures (10, à suivre)

Imprimer

Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpg  L’homme est à la fois l’architecte et l’archéologue de son propre esprit. Il construit son avenir et fouille dans son passé. Sans cesse, au rythme de ses préoccupations.

 Nous sommes doubles. En tout cas moi, je le suis. Je projette, je bâtis, je creuse et  je farfouille. Ange et démon qui portent le même tablier. Quand suis-je l’un? Et quand suis-je l’autre?

 A midi, je déjeune ou je dîne, selon les lieux. Différence des collatéraux. Je suis l’humain qui dévore la bête à ce moment-là. Ou l’inverse. 

 A treize heures, je prends ma sieste, je rumine, je rêvasse, je comptabilise mes gloires et mes défaites. Que suis-je pendant cette durée-là?

 La logique n’est pas toujours la meilleure conseillère, elle trahit souvent le plus faible au profit du plus fort. Pareil à un prêtre proche du pouvoir, même corrompu.

 Alors?

 - Creuse toujours, mon petit Champollion et tu deviendras plus libre que savant, me dirait ma concierge préférée. Il y a encore tant de pierres de Rosette à trouver et à déchiffrer.

 1955! Les deux derniers chiffres sonnent dans ma cervelle, telles les clochent du Vatican.

 Rosemarie, Nicolas et Patrick ne cessent pas de m’inviter chez eux...

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • A part quelques rares exceptions, les séries américaines sont aussi surfaites que les décisions prises au Capitole, l' annexe d'Hollywood.

  • Le salaire du dirlo de l'hosto?

    Par rapport à Berset, il le mérite bien.

    Encore des jaloux qui veulent sa peau! De quel clan est-il?

  • Les élus de droite pètent souvent plus haut que leur cul. Ceux de gauche, toujours en retard.

    Désolé pour ma vulgarité! La politique, c'est bassement viscéral chez moi.

  • Pendant qu'Ignazio Cassis raconte gaiement ses petites aventures au pays des gazelles aux donzelles du Palais fédéral, Pierre Maudet pleure comme un vieux zèbre au Palais de justice, le pauvre!

    Aucune solidarité chez ces gens-là!

  • Chez les tordus, les élus ne peuvent être que des tordus. Le candidat qui a tendance à se redresser n'a aucune change de gagner.

  • "Nous sommes doubles. En tout cas moi, je le suis."

    J'ai aussi pensé un temps, en bon gémeau, que mon caractère, ma personnalité, mon individualité, bref, mon ego pour faire simple, était plus complexe que l'image qui m'était reflétée.
    Aujourd'hui je soupçonne d'être bien plus vaste que double. Je me sens universel. Et il ne me faut pas un grand effort pour me mettre dans la peau de presque n'importe qui.

    PS. Merci de contribuer à d'autre blogs Hank, voilà qui est nouveau et qui me réjouis beaucoup.

  • "Chez les tordus, les élus ne peuvent être que des tordus. Le candidat qui a tendance à se redresser n'a aucune change de gagner."

    Un peu court non ?
    Si 'apprécie l'esprit critique, j'attends un minimum d'élaboration pour étayer.
    Tout ce que je lis ici c'est que Maudet est un tordu.
    Et je me dis qu'il doit vous manquer quelques cases pour un tel raccourci.
    A tel point d'ailleurs que j'espère qu'il sera réélu pour faire taire tous les limités du bulbe qui sont conditionnés par les merdias et qui ont oublié de penser par eux-mêmes.

  • "Chez les tordus, les élus ne peuvent être que des tordus. Le candidat qui a tendance à se redresser n'a aucune change de gagner."

    J'avais le choix entre tordu et bossu!

    Et je n'ai jamais pensé à Maudet en écrivant cette phrase. C'est vous qui avez songé à lui en la lissant. Donc qui est le plus tordu entre nous deux?

    Dommage! Dans votre universalité, il doit y avoir forcément un petit flic qui ne peut s'empêcher d'insulter.

    Être double, c'est moins ambitieux mais c'est aussi moins inquiétant.

Les commentaires sont fermés.