Le démon de treize heures (4, à suivre)

Imprimer

Le démon de treize heures, Hank Vogel.jpg J’adore les chansons de Cliff Richard, de Neil Sedaka, de Ricky Nelson, de Brenda Lee... Certaines d’entre elles, malgré leur superficialité, se sont... comment dire... incrustées dans mon cerveau comme des pierres précieuses dans une couronne d’une valeur inestimable. Au moindre rappel,  elles se mettent à briller et tout mon être se met aussitôt dans un drôle d’état.

 D’effervescence, d’ivresse, de jubilation, d’euphorie, d’extase, de transe ou de lévitation?

 De lévitation, c’est ça! J’ai l’impression de nager dans les airs ou de planer dans les eaux. Ou les deux à la fois.

 Quel bonheur! Quelle insouciance! Je me sens jeune. Non, je suis jeune. Car tout est dans le ciboulot!


Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.