J'ai aimé et tué ma soeur (14, à suivre)

Imprimer

J'ai aimé et tué ma soeur, Hank Vogel.jpgIl me secoue le bras en me suppliant presque:

 - Allez, soyez sympa, avouez que c’est vous! 

 Et dire que j’ai écrit, il n’y a pas si longtemps: A mon humble avis, il n’y a que quatre péchés à ne jamais commettre sur cette fabuleuse planète où vivent des êtres sensibles et fragiles: mentir, voler, blesser, moralement et physiquement, et tuer. 

 Soit l’individu en face de moi est un professionnel du renseignement rusé qui se la joue gentil ou anticonformiste mais incapable de reconnaître à tire-d’aile un criminel faute d’instruction, soit j’ai assimilé à la perfection le bréviaire du parfait dissimulateur qui conseille aux menteurs de tout calibre, en quelques mots et à ma façon:

 Ne cherchez nullement à dissimuler votre visage. Empêchez vos narines de frémir telles les nageoires d’un poisson pressé ou, au pire, pincez-vous le nez si vous craignez qu’elles risquent d’exploser, et vos yeux de cligner plus rapidement que d’habitude ou, à titre imaginatif, pareil à une poupée mécanique. Évitez à tout prix de vous gratter la narine gauche et de racler votre gorge, signes indéniables de mensonge et de trahison. Souriez normalement. Soyez relaxe, le plus décontracté possible, les bras non croisés et les jambes non écartées, si possible totalement à l’opposé de quelqu’un qui est en train de se pisser dessus, autre signe fragrant de culpabilité. 

 Les études servent finalement à quelque chose, me dis-je, pour le meilleur comme pour le pire.

 Alors, je propose à cet inconnu que la providence ou les Services secrets et honteux de Confédération ont largué sur mon chemin:...

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Créer un parti en Suisse, c'est relativement facile et encourageant. J'ai vécu personnellement cette expérience.

    Mais créer un parti dans un pays terriblement corrompu, pourtant dit démocratique, c'est l'inverse. Un jeune homme n'a raconté sa triste mésaventure.

    Nul état ne peut échapper au principe de la causalité! Les désirs d'un révolution ne sont pas des embryons tombés du ciel.

Les commentaires sont fermés.