Extrême (27, à suivre)

Imprimer

Extrême, Hank Vogel*.jpgSoudain, je me revois gamin au tribunal de l’enfance de ma ville d’adoption, devant la juge, une quadragénaire prétentieuse et sèche comme une trique, qui s’est permise d’humilier mon père en le traitant de parent immature pour deux ou trois boules de neige que j’avais balancées sur le pare-brise d’un autobus à l’arrêt, avec des copains.

- C’était pour rire, pour nous amuser, vieille saucisse protestante! je ronchonne en fixant mon assiette vide. Nous étions heureux, la neige venait à peine de tomber... Il y a longtemps, très longtemps. Causes? Causes et effets! Si lointaines et si proches!

Et j’accuse à haute voix, tel un affamé de justice dans une cour d’assises, injustement réprimandé:

- Tout est faux dans cette société qui nous colle encore au cul. Du plus petit au plus grand. Tous des vendus au plus offrants. La morale joue des castagnettes. Elle me fait penser à une danseuse d’opéra condamnée à s’exhiber dans un cabaret pour survivre. Hier, l’homosexualité était interdite, aujourd’hui elle est plébiscité voire fortement conseillée pour empêcher la surpopulation mondiale. Chez nous, nos semblables, bien entendu. Par certains de nos illustres abrutis. Et tous les cons suivent le mouvement, ses mouvements. Les élus, les magistrats, les avocats, les policiers, les militaires, les enseignants, les historiens, les artistes, les journalistes, les écrivains, les patrons, même les concierges que je chérie si souvent du fond de mon âme, sauf... sauf... Sauf qui au fait?

- Toi et moi?

- Non. Ce serait trop beau.

- Qui finalement?

- C’est trop tôt ou trop tard pour le savoir.

Ma voisine se lève alors et, piquée par Dieu sait quel moustique diabolique, m’envoie dans les gencives:

- Cesse de serpenter et de vouloir bouffer ta queue comme un serpent.

Puis d’un air angélique et envoûtant, elle me propose:

- Foutons-nous à poil et, la main dans la main, allons nous baigner dans les eaux émeraude. Nos sexes n’attendent que ça.

Et ni une ni deux, nous nous déshabillons en toute hâte, nous plongeons dans la mer et nous obéissons à nos instincts libérateurs.

Sans l’autre, la liberté n’est qu’un leurre...

République dominicaine.jpg

A la mémoire de toutes ces belles îles où j'ai séjourné...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.