Extrême (26, à suivre)

Imprimer

Extrême, Hank Vogel*.jpgElle ferme les yeux, respire profondément, puis les ouvre et me demande avec une pointe de colère:

- En tant que mâle, peux-tu me jurer sur ta génitrice que tu n’as jamais abusé d’une femelle?

- Je ne jure jamais mais j’en suis certain, je lui réponds spontanément, sans la moindre hésitation. Je suis aussi pur que Saint Joseph de ce côté-là...

- Ni aucune tentative ou envie de harcèlement?

- Ni l’une, ni l’autre. L’ onanisme est peut-être ma seule fâcheuse dérogation. Mais je drague en bonne et due forme. Que veux-tu, Dieu a fait de nous les mecs des éternels chasseurs et les prophètes de toute part cherchent à nous réduire en couilles molles. Ceux qui se permettent tout dépassent tout simplement les bornes. Et les bornes ne sont les mêmes partout.

- Explique!

- Il y a des endroits où les bonnes femmes adorent jouer au chat et à la souris. Soit pour mettre du beurre dans les épinards, soit pour grimper plus facilement et plus rapidement les échelons, soit pour pouvoir ensuite traiter leur matou, au singulier comme au pluriel, de tous les noms d’oiseaux, soit...

- Stop! Tu te marches sur les bretelles, l’ami! Et tu tires à perte de vue dans tous les sens. Certes, il y a autant de salopes que de salauds dans notre société mais ce n’est pas une raison suffisante pour croire que certains milieux sont plus néfastes que d’autres... Je vois où tu voulais en venir.

- A quoi?

- Au milieu du cinéma porno ou à celui de la prostitution, n’est-ce pas?

- Pas obligatoirement.

- Alors auquel?

- Aucune importance, crache la vipère du fond de ta gorge et on verra.

- J’ai déjà entendu cette expression, plus ou moins...

- Probablement, moins on est nombreux plus on se copie dans ce jardin d’Éden. Dis ce que tu as à dire!

- Tout est une question de contrat, de conditions. Il y a ceux qui les respectent et ceux qui ne les respectent pas.

- C’est à cause de ces derniers que tu t’es réfugiée ici?

- Parfaitement!... Plus précisément, j’en avais assez d’entendre le mot raciste parce que je refusais de faire l’amour avec des acteurs non blonds et non européens, même semblant. C’est plus fort que moi. C’est plus épidermique que psychologique... En démocratie, on a tout de même le droit de choisir ce que bon nous semble sans devoir subir automatiquement de cruelles pressions, bordel! Chantages ou menaces! Non?

- Certaines communautés ne s’en privent pas...

- Et puis, excuse-moi du peu, mais mon anus et mon vagin sont à moi. A moi seule et à personne d’autre! Et je les vends ou les offre à qui je veux et à ma guise. Quand ça me prend... Heureusement plus maintenant, car j’ai pris ma retraite anticipée. Et toi?

- Moi quoi?

- Pourquoi tu vis sur cette île paumée? Tu fuis les flics ou tes créanciers?

- La liste est longue... mais pour des causes bien plus graves.

- Énumère-les, nous sommes loin de tout micro espion...

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • J'avoue que vous m'avez accroché avec vos délires en zigzag. On passe d'un érotisme subtil à de la philosophie réaliste avec des digressions dans tous les sens qui me surprennent à chaque coup. Je suis donc votre aventure qui me semble moins imaginaire qu'elle en a l'air avec régal. Merci pour ces témoignages vivants.

  • Merci à vous.

    Bizarre! Je vous ai presque aussitôt répondu mais mon commentaire n'a pas abouti...

  • Il ne peut y avoir de l'imaginaire sans le vécu. La pensée transforme, déforme, réforme, elle n'est jamais innocente.

    Comme je l'ai souvent répété: pour le poète, le mensonge est une vérité dans un monde inconnu.

    Le journaliste rapporte ou essaie de rapporter, le romancier imagine, invente.

Les commentaires sont fermés.