Extrême (23, à suivre)

Imprimer

Extrême, Hank Vogel*.jpgQu’il soit blanc, jaune ou noir, le visage d’un homme, que je rencontre pour la première fois, me fait penser à un tableau noir mal effacé. Par contre, celui d’une femme à un livre sacré et secret qui m’incite à la prière.

Vénus réincarnée lève les mains au ciel et murmure en italien:

- Grazie per la tua velocità.

- Désolé, je croyais che eri francese, je baragouine.

- En effet, je le suis, me confirme-t-elle avec fierté... J’utilise la langue de Dante uniquement quand je m’adresse à Dieu. Et vous?

- Je ne m’adresse jamais à lui.

- Pourquoi?

- Parce que ce n’est dans mes habitudes de réveiller quelqu’un qui dort pour un caca nerveux.

Étonnée par ma réplique, voir peut-être choquée, elle me regarde de la tête aux pieds d’une manière très bizarre.

Puis elle m’avoue avec sincérité, malgré tout:

- De près et maintenant, vous avez meilleure allure que de loin et il y a trois semaines.

- Comment ça? Vous venez à peine de débarquer.

- On vous a mal informé.

- Impossible, mes sources sont sûres.

- C’est votre Négresse qui a monté cette salade? Vous ne savez pas qu’une femme terriblement amoureuse préfère se taire ou mentir au lieu de tout dévoiler à son futur amant...

- Mais de qui parlez-vous?

- De Chintamanee, mon cher!

- Eh bien!...

- Qui m’aide du mardi au jeudi à transformer ce capharnaüm en un habitat à peu près convenable...

- Une invention nait souvent d’une frustration.

- Quel rapport?...

- Puis-je entrer pour voir?

- Pas à présent! Quand tout sera nickel...

- Êtes-vous au courant que la nuit, le fantôme de l’écrivain Hemingway rode au tour de votre prochain château?

- Celui de Margaux peut-être mais celui d’Ernest, j’en doute fort.

- Qu’est-ce qui vous a poussé à me contredire avec une telle diplomatie?...

- Comme les messages envoyés par les tam-tams locaux ne semblent pas différer de ceux que l’on découvre sur les réseaux sociaux, permettez-moi d’ajouter ceci: oser montrer son cul en public ne signifie nullement que l’on ne possède aucune culture... Pour votre gouverne, sachez que l’auteur du Vieil homme et la mer pêchait souvent à Cuba mais jamais dans ce trou perdu où il n’y a ni bar ni magasin de cartouches.

- Toutes mes excuses!... Je n’ai plus qu’à...

- Qu’à me considérer comme votre égal et d’accepter de partager un petit repas à l’ombre des palmiers. D’ac, camarade?

- D’ac, pour la paix entre naufragés.

Quelle femme et quel homme à la fois! me dis-je. La prochaine révolution sera celle pour la véritable égalité...

La maison d'Ernest Hemingway à Cuba.jpg

La maison d'Ernest Hemingway à Cuba (cliquez sur la photo)

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.