Extrême (16, à suivre)

Imprimer

Extrême, Hank Vogel*.jpgJe le savais, je le savais!

Chagrin, jérémiade, gémissement, lamentation, plainte... Je ne trouve pas le mot juste.

Que voulait-il insinuer par son exclamation sans suite, ce cher Extrême? me dis-je. Sincèrement, je ne vois pas. Suis-je devenu naïf à force de ne fréquenter quasi plus personne? C’est vrai, ailleurs qu’ici, dans les grandes cités surtout, j’ai... non, j’avais la fâcheuse sensation que les autres se plaisaient à me pousser dans le cercle infernal de la méfiance afin que je ne considère que le côté sombre des êtres et des choses. Un regard de travers ou un geste maladroit de la part d’un inconnu à la mentalité différente de la mienne et voilà que toute beauté présente se transformait aussitôt en laideur... La famille, les amis, les collègues de travail, les médias avec leurs pro-ceci et les anti-cela nous influencent sans cesse et nous culpabilisent souvent à tort. Nous ne sommes jamais entièrement nous-mêmes, nous traînons toujours avec nous les rancunes et les séquelles imaginaires des autres.

La peur, tel un monstre soutenu par ses nombreuses épouses, les craintes tous azimuts, chercherait-elle quotidiennement, systématiquement à réussir son coup? Fatal pour ceux dont l’intelligence est à fleur de peau?...

Pitit Pitit, Hank Vogel.jpg

Les enfants, les petits-enfants... leur avenir dépend en grande partie de leur éducation!

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.