Extrême (6, à suivre)

Imprimer

Extrême, Hank Vogel.jpgElle éclate de rire.

Subitement, face à ses rires et à sa nudité, je me sens totalement ailleurs. Comme bloqué, coincé entre deux murs ou enchaîné au fond d’une cage, les pieds et les mains liés. Pire que ça! C’est difficile à exprimer. Et je marmonne:

- Je... tu... nous... que... quoi... s’il... vous... s’il... te plaît...

Interloquée par mon état anormal proche de l’ivresse ou de l’envoûtement, ni une ni deux, la belle indigène me balance une paire de gifles de toutes ses forces.

Deux secondes plus tard, insatisfaite sans doute du résultat, elle me donne un coup de poing en pleine figure en criant:

- Casse-toi d’ici, move lespri!

Je suis sidéré, abêti, abruti, assommé, tout étourdi, à deux doigts de m’évanouir.

Alors, elle prend mon ordinateur de mes mains et va le poser sur mon bureau qui se trouve dans la chambre à côté, pendant que je reste de marbre à me demander en boucle:

C’est la révolte des esclaves ou je fabule pareil à une couille mole?

Puis elle revient vers moi et m’ordonne gentiment en me caressant le visage:

- Couchez-vous! Faites une sieste! Le montre n’est plus là, je l’ai chassé pour de bon. Vous regardez parfois trop Internet, vous savez... Allez, allongez-vous!

Et j’obéis à ses ordres...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.