Double Tsar (23, à suivre)

Imprimer

Double Tsar, Hank Vogel.jpgJ’ouvre les yeux. Je me sens léger comme l’air et bien dans ma peau. Et je constate sans la moindre inquiétude que je suis allongé sur un brancard.

L’incroyable s’est produit, me dis-je. Le jamais vécu, la mort! Ce n’est pas aussi dramatique que ça, finalement.

Je me lève sans hâte, tout rassuré forcément. Mais aussitôt après, coup de massue, je découvre à trois mètres de moi le corps nu et inanimé d’une jeune fille couché sur une table métallique, grise et sale.

Je m’approche du cadavre, le contemple en grinçant des dents et je murmure:

- La Grande Faucheuse n’est pas aussi sympa que ça, décidément.

Un monstre claquement porte!

Je me retourne sur le champs et qui vois-je à ma plus grande stupéfaction: mon chef, décontracté comme un gai luron.

- Un laps de temps, j’ai cru que j’étais au ciel, je lui confie, heureux tout de même d’être sur terre.

- Pas grave, juste un peu plus haut que d’habitude, plaisante-t-il.

- Mais où sommes-nous?

- Au service de pathologie.

- Et la pauvrette à poil qui sent je ne sais quoi...

- L’alcool ou le formol, pour l’instant...

- C’était pour me faire me peur?

- Non, pas du tout, mon cher novice. Avant de séjourner à la morgue, les canards boiteux stagnent quelques heures voire quelques jours ici. Pour les étudiants, les profs et tout le tralala scientifique... On les dissèque, les charcute, on leur arrache ce dont on a besoin selon les cours, les recherches...

- C’est décevant!

- C’est décevant et ça pue, camarade... Ça chlingue vraiment les macchabées, tu sais. Mais que veux-tu, le malheur des uns fait le bonheur des autres...

- Comment se fait-il que j’ai atterri dans cette salle morbide?

- Tirons-nous d’ici, avant que les chacals se pointent...

- Qui m’a transporté jusqu’ici?

- Moi et une belle infirmière avec l’aide de Dieu, tu es satisfait?...

- Qui ça?

- Tu les connais toutes?

- Non, aucune.

- Alors ferme ton clapet et suis-moi, le plus crade nous attend...

Lien permanent 7 commentaires

Commentaires

  • L'histoire des agents chinois sur le territoire helvétique : c'est de la pure trahison humanitaire. Quelle honte!

  • La presse, sous la tutelle de l'état, se presse toujours de presser nos opinions, tels des oignons, pour nous faire pleurer mais ne va jamais à confesse.

  • Une femme, c'est la moitié d'un mec plus les trois quarts d'un jeune homme.

  • Celui qui jure dur comme fer qui n'a soif que de vérité se contente souvent d'un pot de vin.

  • Bonjour Cher Camarade M. Hank Vogel,

    Hors sujet et juste pour info, je me suis permis sans vous avoir demandé l autorisation mais en citant que je vous ai plagié (sans vous en nommer) ceci, j espère que vous ne m en voulez pas :(

    -------------------
    Tous les livres saints ont été écrits par des Hommes comme vous et moi ( ils mangent, ils rotent, ils font pipi et caca comme nous tous)...et là je plagie un "camarade Ami" Editeur/ Blogueur tdg ch sans lui avoir demandé l autorisation, qu il me pardonne.

    https://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2020/08/30/ete-2020%C2%A0-vous-ne-l-oublierez-jamais%C2%A0-308637.html#article-comments
    -------------------

    Bien à Vous et Bon Dimanche! Pardon au cas où!
    Charles 05

  • Si Dieu vous pardonne, je me sens obligé de vous pardonner aussi.

    Soyez sans crainte, je n'ai nullement les moyens de me payer un avocat... ni un jury, ni un juge!

    Plaisanterie mise part, je vous souhaite sincèrement un bon dimanche, libéré de toute mauvaise pensée, cher Camarade Charles 05.

  • Merci camarade M. Hank Vogel, C est gentil de votre part!

    Je pense que Dieu me pardonnera car je lui avais envoyé un e mail et le fait qu il n a pas répondu est un bon signe, Je vais confesser cet aprem si une église (synagogue et mosquée fermés) est encore ouverte et un curé est encore à la tâche mais quand je finis ma bière, Dieu peut attendre un peu pour recevoir la confirmation de ma confession, l absolution et la pénitence.

    Par ailleurs, moi aussi je n ai aucunement les moyens car j ai toujours suivi les conseils de mon père qui nous disait: "Ouvrez le moins possiblele clapet autant chez le dentiste que l avocat sinon la consultation vous coûtera soit un rein soit un bras :)

    Bien à vous Camarade et Bon Dimanche aussi.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.