Double Tsar (21, à suivre)

Imprimer

Double Tsar, Hank Vogel.jpgJ’obéis et il me raconte:

- Il y a fort longtemps, un jeune chirurgien qui s’appelait Raoul Didier, à ne pas confondre avec Didier Raoult, le remarquable spécialiste des maladies infectieuses tropicales entre autres et professeur de microbiologie, rêvait de devenir le meilleur recoudreur au monde. D’un style tout nouveau. Coudre toute plaie sans laisser apparaître la moindre cicatrice. Du grand art chirurgical. Il était vraiment ambitieux, le jeune homme, mais très professionnel et modeste à la fois, paraît-il. Malheureusement, n’ayant point d’amis de la haute société, ou point d’amis du tout, susceptibles de pouvoir le pistonner afin qu’ils puisse opérer et s’adonner à fond à son métier dans les hôpitaux les mieux équipés du royaume et des colonies, il s’engagea comme rebouteux et omnipraticien dans l’armée napoléonienne. Alors... alors...

- Alors?

- Chut! On n’interrompt jamais l’orateur.

- Pardon...

- Hé oh!... Comme le diable, fait parfois bien les choses, il se trouva, le 1er et le 2 août 1798 dans la baie d’Aboukir, près d’Alexandrie, sous les feux des canons. Pif, paf, pouf! D’un côté la flotte britannique sous le commandement de l’amiral Horatio Nelson et de l’autre la française sous le vice-amiral François Paul de Brueys d'Aigalliers. Quelle bataille! Quelle folie! Des mains, des bras, des pieds, des jambes et des couilles jaillirent de toutes parts. Par centaines! Par milliers! Des couilles surtout. A ramasser, à rassembler et à recoller, par la suite manifestement. Et c’est grâce à son acharnement à sauver un maximum de testicules, les bourses du Bon Dieu selon lui, que Bonaparte, tout en fauchant des bijoux pharaoniques pour ses sœurs Élisa, Pauline et Caroline ou pour le musée du Louvre, surnomma mon aïeul Sir Couille-ayer, quelques semaines plus tard à l’abri du soleil près de la pyramide de Khéops. J’espère n’avoir commis aucun anachronisme... Soit dit en passant, tous les musées occidentaux devraient restituer aux pays d’origine tous les objets volés aux peuples d’Afrique, d’Amérique, d’Asie... et... et...

- Et?

- De fil en aiguille, pour ne jamais oublier ses camarades bonapartistes devenus eunuques par sa faute, son manque d’expérience malgré lui probablement, Raoul Didier, à ne pas confondre avec Didier Raoult, j’insiste, fit changer officiellement son nom de famille.

Je me gratte la tête et lui demande:...

800px-HoratioNelson1.jpg

L'amiral Nelson lors de la bataille d'Aboukir (cliquer sur la photo)

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.