Double Tsar (7, à suivre)

Imprimer

Double Tsar, Hank Vogel.jpg- Il était une fois... non! Il sera une fois où le futur aura son mot à dire face aux incrédules de l’avenir, m’a chuchoté à l’oreille Zia Graziella, une torride nuit d’été afin que je m’endorme. Dans les années quarante.

La phrase n’a semblé si compliquée à comprendre, à cette époque, que j’ai préféré me perdre immédiatement dans les bras de Morphée.

Elle avait donc réussi son coup, la fausse tante à l’allure d’une sorcière. On l’appelait Zia, tante en italien, par politesse uniquement, vu son grand âge.

Madame Graziella, c’était une très vieille dame, une sans-dent, une Sicilienne éternellement tout de noir habillée et coiffée d’un foulard, également noir, qui venait nous garder, mon frère et moi, quand les parents allaient danser. La rumba, le mambo ou le cha-cha-cha. Si je ne me trompe pas.

Car la seule danse, qui n’excite et me soulage en même temps, que je connaisse vraiment, c’est la danse du ventre, surtout quand j’ai mal au ventre. Désolé pour la redondance, mais précision oblige!

Alors, in memoriam à Zia Graziella, il sera donc une fois dans un futur antérieur, une duchesse de dix-huit ans et un jeune étudiant en architecture apte au service militaire.

Je m’appelle Ivan. J’habite à Tsarkoïe Selo, non loin des Romanov. Je suis amoureux de Maria, la troisième fille du Tsar. Elle aussi de moi, peut-être.

Tous les soirs, ou presque, nous nous rencontrons en cachette...

Maria Romanova.jpg

Maria Romanova

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel