J'ai aimé et tué ma soeur (7, à suivre)

Imprimer

J'ai aimé et tué ma soeur, Hank Vogel.jpgJe rentre chez moi. Ma femme est chez elle, en Russie.

Petit éclairage: l’éclaireur part toujours le premier et si possible seul, la troupe suit ses traces un peu plus tard, si l’avenir a tendance à se dessiner.

J’ai presque le même l’âge que Trump, le quarante-cinquième président des États-Unis d’Amérique. Ou plutôt, c’est lui qui a presque le même âge que moi. Car je suis né trois mois avant lui. Il me doit donc du respect. Si ce terme fait partie de la liste de ses prérogatives, bien entendu.

Autre chose que nous avons en commun, c’est la jeunesse de nos épouses.

Mais lui, le Grand Donald, grâce à sa fortune, n’a pas eu besoin d’expliquer à la police, comme moi, pourquoi il a épousé une étrangère beaucoup plus jeune que lui. Et ce afin qu’on veuille bien accorder à sa toute belle un visa!

Faire venir des putes sur le territoire helvétique, ce n’est mon style. Mais faire venir de la main-d’œuvre bon marché outre-frontière, c’est celui des patrons.

Pourquoi donc cette étrange comparaison?

A vous de trouver, bon sang! La lecture ne doit être forcément une sinécure. Et ça rime par-dessus le marché!

Et voilà que ça recommence... Il y a une vingtaine d’années, on craignait peut-être que j’étais un proxénète. Aujourd’hui, on me soupçonne de vouloir semer la merde dans la région.

Mais comment est-ce possible?

Le gouvernement de ce foutu canton est déjà dans le caca. Quoi de plus normal, les élus qui le dirigent ont tous le cœur, un bras ou un pied à terre à l’étranger.

Ils se méfient de moi? Eh bien, ils en auront pour leur tirelire...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.