On naît ange, on meurt démon (12, à suivre)

Imprimer

On naît ange on meurt démon, Hank Vogel.jpgCharly a un peu plus de vingt-quatre heures pour penser, rêver ou se torturer. Vingt-quatre heures pour mettre sur pied toute une stratégie, un plan de combat pour conquérir un cœur, une âme...

Et les il faut que, les il ne faut pas que, les comme ceci, les ou comme cela et les ou plutôt ainsi ne tardent pas à se mettre à vibrer, à troubler son ordre mental, à agiter les cellules les imaginatives de son cerveau.

Alors Charly se gratte la tête, se frotte les yeux, se mord les lèvres, se mouche, crache, soupire, aspire, expire, s’étire, se masse les bras, les jambes, se caresse le front, les joues, les parties génitales... Quelle gymnastique! Le désir d’amour frise-t-il parfois la démence?

Le temps s’écoule dans une atmosphère chaotique, forcément. Mais, finalement, le moment tant attendu est sagement là.

Et comme convenu, à l’endroit choisi, Charly attend l’Allemande, la Néerlandaise ou la Suédoise.

Et à l’heure précise, plus une dizaine de minutes, féminité oblige, le couple se retrouve.

On est gêné des deux côtés. On décide d’aller au restaurant le plus proche. La promenade, c’est trop tôt. C’est pour plus tard. Peut-être. Si tout se déroulera progressivement, normalement. Si ça en vaudra la peine. On se dit des choses banales, presque idiotes. On parle et on se sourit. On se regarde, on s’observe, on se toise presque par brefs instants. On se pose un tas de questions. Toujours les mêmes et éternelles questions relatives aux sentiments, au sexe... Tout va très vite. Très très vite dans le ciboulot. On s’arrête devant une auberge asiatique. Cuisine thaïlandaise, indonésienne ou chinoise. En tout cas: cuisine asiatique à la méthode européenne. On hésite. On entre...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.