On naît ange, on meurt démon (11, à suivre)

Imprimer

On naît ange on meurt démon, Hank Vogel.jpgCharly dévore son baba, avale son thé de Chine, puis, le visage sombre, il fait signe à la serveuse de d’approcher de lui.

La jeune femme obéit.

- Vous n’allez pas me dire que le baba n’était pas excellent? s'inquiète-t-elle.

- Non, au contraire, je pendrais volontiers un autre, répond-t-il tout souriant.

- Je constate que Monsieur est un fin connaisseur, soupire-t-elle.

- Je ne le pense pas. C’est plutôt une question de gourmandise. Ou une envie folle de replonger en enfance... époque glorieuse où les sucreries remplaçaient tout. Crimes et châtiments.

- Quelle horreur! s’exclame-t-elle, toute étonnée voire troublée que Charly ait employé ces mots.

Pourquoi une telle aversion? s'interroge-t-il.

- On a commis ça dans votre famille quand vous étiez enfant? lui demande-t-elle, le regard lointain.

Charly grimace puis répond:

- On a tué des souris et des guêpes.

- Ah bon! J’aime mieux ça.

Et, toute rassurée, elle va chercher le deuxième baba...

Elle pose délicatement la pâtisserie sur la table. Quasi avec grâce. Comme si quelque chose venait de naître entre elle et lui. Du respect ou une certaine gêne. Ou un sentiment plus fort. Et Charly en profite pour lancer d’autres hameçons. Plus gros, plus accrocheurs, plus convaincants. Et finalement le rendez-vous est accepté. Pour le lendemain soir, après le travail, à la fermeture du tea-room.

Un miracle pour Charly!

Mais aussi un exploit chargé de pièges. Car l’ex bagnard est méfiant. Parfois trop. Les salauds l’on rendu ainsi...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.