Un salaud de bonne moralité (20, à suivre)

Imprimer

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpg- Jésus Marie! Continue, ça commence à m’exciter...

- Pendant que les politicards et les échotiers rabâchent les mêmes discours minables et les éternelles polémiques, les rien-à-foutre se divertissent comme des fous. A quoi bon s’intéresser aux autres si ces autres sont pires que nous, pensent-ils en... en... en...

- En faisant quoi?

- Tout et n’importe quoi.

- Estu preciza mia amiko!

- Tu es espagnole?

- Non, écossaise... une Écossaise qui adore l’espéranto.

- Ça alors!... La langue des anges, que je suis distrait!

- Tu m’as comprise?

- Forcément, j’ai vécu avec eux toute mon enfance.

- Prouve-le moi, traduis-moi ce que je t’ai dit.

- Sois précis mon ami!... Je suis fort, n’est-ce pas?

- Facile, ça ressemble tellement à un dialecte des Conchita. Que j’apprécie d’ailleurs...

- Sais-tu que je ne me suis pas encore tapé de Gaélique comme toi?

- Et après?

- Après quoi?

- Tu fais quoi avec India? Tu l’accompagnes simplement? Rien d’autre?...

- Nous dansons, nous stimulons, nous encourageons les novices, présents pour la première fois, à nous imiter...

- Ce sont qui ces novices?

- Des avocats déçus, des juges ratés, des inspecteurs de police corrompus, des banquiers prêts à se ruiner, des fils à papa à la poursuite d’un vrai père, des secrétaires de direction insatisfaites de leur patron, des putes de luxe qui rêvent de se caser avec un connard fortuné, des curieuses semblables à toi et des branleurs identiques à moi. Entre autres!...

- Tous déguisés? Et en quoi?

- Tous, sans exception! Comme en démocratie. Le sexe pour tous, tous pour le sexe!... En nonne ou en gardien de la paix.

- Et... pour quelle raison doivent-ils vous imiter, ces braves gens?

- Parce que personne n’arrive du premier coup à se comporter exactement comme un gendarme en délire ou comme une religieuse consentante.

- C’est une blague?

- Par du tout, c’est la pure vérité. Triste pour les uns, amusante pour les autres.

- En résumé, visuellement parlant, vous faites des galipettes devant des inconnus. Ton amie, la pute, déguisée en nonne et toi en flic...

- Le contraire, India en commissaire pourri et moi en bonne sœur.

- Pas possible! De mieux en mieux... Elle te baise et tu acceptes ça?

- C’est un jeu. Nous faisons semblant. Nous stimulons... Comme les enseignants... Tu as déjà vu ton prof de gym monter deux fois de suite à la corde? Le mien, à part qu’il savait à merveille siffler et guigner à travers les vasistas des douches, il était incapable de nous montrer correctement le moindre exercice. Au moins India et moi, nous nous forçons, l’espace d’un bref et émouvant instant, d’entrer dans la peau de notre personnage. Pour convaincre. Donner envie de se surpasser, de se déconditionner. Mettre un terme à, tirer un trait sur, abolir enfin l’esclavage intellectuel...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.