Un salaud de bonne moralité (18, à suivre)

Imprimer

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpgYvette rougit.

On me l’a souvent décrite, et j’ai pu parfois le constater aussi, comme une fille angoissée, complexée, confuse, craintive, douteuse, effrayée, embarrassée, floue, gauche, hésitante, indécise, indéfinie, pusillanime, timide, timorée, vague, vaporeuse... Tant d’adjectifs pour décrire la même personne dans un ou des états qui échappent totalement à notre entendement. Mais rien n’est figé pour l’éternité excepté la pierre... et encore! elle s’effrite avec le temps. Le temps? Le plus grand des farceurs après Dieu.

- Tu n’avais pas quelque chose à me proposer? je demande à Yvette, après cette étrange et inopinée réflexion.

- Sssss...si, siffle-t-elle.

- Alors?

Face aux trop vertueuses et aux dévergondées, je crains souvent le pire. C’est-à-dire: perdre pied et me noyer dans les eaux salées de leur féminité, extrême. Suis-je un macho en chute libre?

- Alors? je répète.

Ses yeux se mettent fortement à briller puis, avec une rage digne d’une sorcière innocente qui vient tout juste d’être condamnée aux flammes de l’enfer, elle me crache à la figure:

- Tu es comme mon père, mes frères et tous les autres... incapable d’admettre l’inhabituel sans le salir. Au lieu de faire un pas en avant pour me venir en aide ou me comprendre tout simplement, non, tu préfères en faire deux en arrière afin de ne pas décamper de ta rassurante médiocrité.

Je tombe des nues.

- Pourrais-tu l’admettre pour une fois? me demande-t-elle en se frottant l’œil droit.

- Excuse-moi mais j’ai déraillé, je suis hors course, je lui réponds.

- Cesse de m’humilier en m’auscultant du regard tel un antiquaire blasé, je ne suis nullement un objet cassé, une infirme, et décide-toi enfin de me séduire comme toutes les autres. Nue, je suis peut-être plus excitante que la plus voluptueuse de tes prostituées. Au fait, il est vrai que tu te tapes également des putes?

Je n’ai rien à perdre mais probablement tout à gagner. J’avoue donc.

- Régulièrement? insiste-elle sur cette délicate question très intime voire secrète.

- Épisodiquement, je minimise.

- Pourquoi?

- Pour l'incroyablement vrai.

- Ce qui signifie?

- La vérité incroyable.

- Explique...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.