Péril jaune (4, à suivre...)

Imprimer

Péril jaune, Hank Vogel.jpg- K2r... K2r... k2r, je murmure.

- Ça va? Tu as une miette au fond de la gorge? s’inquiète Youri.

- Non, c’est la marque d’un détachant à sec.

- Pourquoi, tu te lances dans la pub maintenant?

- Je pense à ta chemise... pleine de taches de graisse.

- Ma chérie adore faire la lessive.

- Ce n’est pas une raison suffisante pour que tu prennes du plaisir à plonger dans ton assiette...

- Occupe-toi de tes oignons et parle-moi plutôt de Ping.

- C’est toi l’informateur ou moi?

- Moi, évidemment! Quelle question!...

- Alors?

- Je veux d’abord savoir ce que tu penses d’elle. Car d’après ce que l’on m’a raconté sur tes activités de séducteur imbattable, ça m’étonnerait fort que la petite n’ait jamais fait la sieste dans ton lit juvénile.

- Jamais!

- Et avant?

- Avant quoi?

- La sieste.

- Quelle sieste? La mienne ou la sienne?

- La sienne, forcément!

- Mais où veux-tu en venir? On dirait que tu es en train de m’interroger comme un jeune inspecteur qui vient tout juste de terminer l’école de police. Sois direct et con comme un flic, bon sang! C’est pourtant simple, non?

- Soit!... Tu as couché avec elle?

- Voilà! Parfait!... C’est ainsi que je t’aime bien...

- Oui ou non?

- Oui.

- Une fois, deux fois ou plusieurs fois?

- Avant ou après la sieste?

- Mais... mais... mais...

- Stop!... Tu t’es focalisé sur ses moments d’épuisement et non pas sur... bref! Aucune importance... A l’époque, je tringlais à la va-vite, à la va-comme-je-te-pousse. Pas de chichi ni avant ni après. C’était... te voilà, me voici, allons-y, merci, salut et à la prochaine! Et Ping participait volontiers à mes parties de ping-pong...

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.