Un salaud de bonne moralité (10, à suivre)

Imprimer

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpg- Tu ne les aimes pas?

Pas de réponse verbale mais une grimace.

Le visage d’une mère est une belle encyclopédie, un bréviaire ouvert, chargé de petits signes miraculeux. Des signes qui mettent en garde, rassurent et expliquent.

Tout y est dans ce livre sacré qui s’ouvre à la naissance du premier enfant. L’amour, la peur, la douleur, l’espoir, la mort, la vie!

Malheureusement, à force de l’avoir trop regardé, consulté, fouillé dans ma petite enfance, mon regard pourtant si admiratif mais terriblement vagabond et follement attiré par l’ailleurs s’est finalement détourné de lui.

Alors ce bouquin unique, par tristesse, s’est refermé sans protester. Fermé pour l’éternité. Probablement, certainement.

Va-t-il s’ouvrir à nouveau, exceptionnellement pour mes beaux yeux? je me demande. Non, la parole a sans doute détruit définitivement ce langage si divin.

- Enfin, exprime-toi clairement, Maman! je gueule...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Les psychiatres devraient s'intéresser davantage aux faux fous. Les musées et les médias, aux vrais génies.

  • Pour moi, et pour ceux qui connaissent à fond la pellicule, la cinématographique et non pas celle du cuir chevelu, le rouge, le vert et le bleu sont les couleurs du cinéma.

    Bizarrement, elles me font souvent penser à la politique... :

    Les rouges restent au rouge.
    Les verts de mettent au vert.
    Et les bleus continuent à se faire des bleus.

    Malheureusement, tous réunis c'est l'obscurité, le noir total.
    Heureusement, tous absents c'est la lumière, le drapeau blanc de la liberté.

    Comme au cinéma!

Les commentaires sont fermés.