Un salaud de bonne moralité (9, à suivre)

Imprimer

Un salaud de bonne moralité, Hank Vogel.jpg

- Sors-la immédiatement et allume! crie-t-il de toutes ses forces. J’obéis et que vois-je à ma plus grande stupéfaction? Une photographie géante de moi déguisé en nonne.

***

Au petit-déjeuner, encore à moitié endormi, ma mère me demande, en me beurrant une tartine:

- Sais-tu que tu parles dans ton sommeil?

- On me l’a déjà reproché, je lui réponds.

- Qui ça? Pétra?

- Pas possible!

- Elle est au moins jolie?

- Plus que ça!

- Jolie mais pas polie.

- Pourquoi tu dis ça?

- Parce qu’elle a téléphoné sans se présenter et n’a pas voulu laisser son numéro de téléphone.

Morphée disparaît pour de bon.

- Quand ça? je m’inquiète.

- Ce matin très tôt pendant que tu dormais comme un loir... mais je n’ai pas osé te réveiller, m’avoue ma chère protectrice.

- Tu aurais dû! C’était certainement Yvette, elle est si timide, la pauvre...

- Encore une?

- Mais non Maman! Pétra est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et Yvette à mon ancienne école.

- Je ne comprends rien à tes salades...

- C’est une étudiante franco-suisse très douée qui souhaite reprendre ma chambre en ville... Zut! Je ne sais pas ce qu’il m’a pris de lui filer vos cordonnées...

- Tu penses revenir définitivement à la maison? Jusqu’au mariage, bien entendu...

- Certainement... Pour mieux vous surveiller... Au fait, il est où Papa?

- Mais au travail! Comme tous les autres jours... Nous surveiller pour quelle raison?

- Je trouve que vous avez beaucoup changés depuis un certain temps.

- Tu dis ça à cause de hier soir?

- Justement, je vous dois des excuses...

- C’est plutôt le contraire.

- Comment ça?

Ma mère hésite un instant puis, d’un air désolé voire coupable voire les deux à la fois, elle m’explique à voix basse:

- Ton père et moi, nous avons joué la comédie face ces deux messieurs. Je sais, même un libre penseur dirait que ce n’est pas très catholique ce que nous avons fait. Mais nécessaire pour ton avenir. Afin que tu obtiennes rapidement un bon poste et un passeport. Ça n’a pas fonctionné cette fois-ci. De qui la faute? Aucune importance. Tant pis! Ce n’est pas grave. Bref! En réalité, nous sommes moins religieux et pratiquants que nous le prétendons...

- Et la tresse du dimanche alors? je grogne.

- Chut! me dit-elle très doucement en levant son index. On nous espionne là-haut. Assis confortablement sur leur nuage rose.

Je jette un coup d’œil vers la fenêtre ouverte.

- Pas au ciel mais à l’étage supérieur, précise-t-elle. Pas de micro-fouineur mais de grandes oreilles. Ils habitent ensemble nos chers visiteurs de hier soir.

- Non?

- Oui! Et vivent comme deux agapornis canus.

- Deux quoi?

- Des inséparables à tête grise. Ce sont des oiseaux qui, selon la légende, quand l’un meurt l’autre se laisse mourir.

- Mais ils porteraient aussi malheur comme dans le film Alfred Hitchcock.

- J’espère pour eux-mêmes.

- Tu ne les aimes pas?...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Après le confinement (jamais clairement déclaré), j'irai à la confiserie d'en face et non pas à confesse. Car j'ai l'impression que le Bon Dieu joue plus souvent avec ses virus que mon petit-fils aves ses soldats de plomb. Le Grand vilain!

  • Panpan à Macron! Voir: Macron à Pantin.
    https://www.youtube.com/watch?v=NubNI2spGy0

Les commentaires sont fermés.