L'avaleuse de livres (54, à suivre)

Imprimer

Hank Vogel, L'avaleuse de livres.jpgL’écrivain, l’éditeur, le libraire, le lecteur, et le bibliothécaire.

L’auteur, ses juges, ses bourreaux et son cimetière.

Le ruisseau, la rivière, le fleuve et l’océan.

Quand je contemple la mer, je comprends tout. Du moins, je crois comprendre ce tout. Ce tout qui n’est peut-être rien. Ou... le trou noir de l’existence. Le judas de l’éternité. Par lequel, Dieu nous observe.

Qu’attend-t-il de nous, ce voyeur invisible, ce farceur impérissable? Question absurde, réponse irrationnelle...

Lilit et Denisa se mêlent à cette salade cérébrale.

Merde! Cassez-vous! Du balai, il faut que j’aille à mon gagne-pain...

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel que j'aime la dernière phrase````
    Très souvent je me suis trouvée fort impolie envers ces chromosomes invisibles qui viennent perturber nos silences réparateurs ,mais après vous avoir lu , je suis rassurée /rire
    Très bel après midi pour Vous Cher Monsieur

  • Nos pensées, surtout quand elle sont sales, il faut les chasser à coup de balai. Autrement: c'est une perte de temps.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

  • je vous remercie Cher Monsieur Vogel en effet c'est comme les spots publicitaires à la TV et de plus en plus de gens coupent le son ou changent carrément de chaine
    C'est comparable à du harcèlement ni plus ni moins et ces sports sont sensés nous conseiller pour nous garder en pleine forme .c'est le monde à l'envers des médias de plus en plus gaga et cela n'a rien à voir avec la Trumpmania ou la Trumpsychose qui n'a que trop tendance à se généraliser
    Qu'on vit bien sans informations on se croirait presque revenu a l'époque Amisch /rire
    Toute belle soirée pour Vous aussi Cher Monsieur

Les commentaires sont fermés.