L'avaleuse de livres (52, à suivre)

Imprimer

Hank Vogel, L'avaleuse de livres.jpg- Ton horloge biologique est-elle en train de te ronger la cervelle?

La banalité, comme la stupidité, est parfois une épée qui pourfend les cœurs malgré elle.

Alors Denisa alias Lilit alias je ne sais quel démon me répond froidement:

- Il vaudrait mieux que tu t’en ailles.

- Mais... mais...

- Cesse avec tes mais à la con! La sortie est à gauche, au bout du couloir. Et, par respect envers les morts, ne pique rien en partant!

- Pf!

La porte claque, l’ascenseur m’échappe, l’escalier m’interpelle, les marches défilent à grande vitesse, l’air frais m’accueille... enfin sauvé!

J’ai envie de pleurer. Déçu de moi, d’elle, de tout. Mais mes larmes sont toujours sèches. D’aucune utilité selon ma condamnable éducation. Ma face est celle d’un rat qui vient tout juste d’éviter un piège. Lequel? Trop bête pour le savoir! Je donne préférence à la gueule de bois. On ignore moins ses causes.

- Et, par respect envers les morts, ne pique rien en partant! je mâchonne comme un vieillard aigri... Que voulait-elle insinuer par là? Encore une énigme merdique!...

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel pauvre libraire en voilà encore un qui risque d'être dégouté des femmes à tout jamais
    Ce genre d'expérience pour un homme qui par malchance souffre du manque d'affection de sa mère peut mener celui ci à des actes dépassant l'entendement humain
    Quand aux objets à ne pas piquer en partant on en est presque à supposer que ce sont les seules reliques d'anciens maris tués par la belle lilit qui entre nous soit dit est aussi considérée en astrologie comme
    mangeuse d'hommes
    Sans compter que certains objets ayant appartenu à des gens ayant supporté d'énormes souffrances avant de mourir peuvent émettre des ondes négatives
    Nos anciens le savaient d'où leurs raisons de tout jeter aux décharges publics pour brêler les maléfices et que personne plus jamais n'aient à les endurer
    Mais peut-être que Lilit était une pique quelque chose car y'a pas plus voleur que celui qui en a peur /rire
    Très bon mercredi pour Vous Cher Monsieur

  • Les mangeuses d'hommes, on les reconnaît facilement à leur fourrure.

    Parole d'un ancien chasseur! Sans la moindre cartouche aujourd'hui.

    Belle soirée, chère Lovejoie.

  • Je vous remercie Cher Monsieur Vogel hé bien dans les années 60 alors que la fourrure était à la mode il devait y avoir des bataillons de mangeuses d'hommes !!!!
    Il y des gens dont la verve remplace avantageusement le manque de cartouches et ce sans viser qui que ce soit /rire
    ^Super belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Les commentaires sont fermés.