Les pommes et l'arbalète (28, à suivre)

Imprimer

Hank Vogel, les pommes et l'arbalète .jpgLe lendemain matin, dans mon laboratoire d’analyses phytologiques et bactériologiques des eaux, des terres et des airs, où aucun élément perturbateur n’échappe à mon contrôle grâce mon performant microscope, que j’ai acheté avec mes propres économies lors d’un voyage d’étude aux États-Unis et baptisé «l'œil irrémissible de Dieu», je découvre à ma plus grande stupéfaction une minuscule larve proche de celle du Carpocapse. Cydia pomonella, pour les scientifiques. Aussitôt, j’informe mon patron et lui dis avec un profond sérieux:

- Je crois que ça va papillonner sec dans les plantations.

Terrifié, tel Thoutmôsis III, le plus probable des pharaons de l’Exode, face aux sauterelles, Vogelstein me demande:

- Toutes, toutes et toutes?

- C’est-à-dire?

- Les miennes, celles de ma femme et les quelques-unes de mon futur gendre... Alors?

- Alors quoi?

- C’est grave docteur?

- Plus que grave, surtout que vous avez fait confiance à vos amis chimistes.

- Les salauds!

Je me gratouille le ciboulot.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Je vous remercie Cher Monsieur Vogel mais ne connaissant pas votre fils je n'aurais pas osé penser ne serait-ce qu'une fraction de seconde qu'il utilisa avec autant de verve ce qui caractérisait si bien cet inspecteur si cher au cœur de F. Dard /rire
    Cependant après avoir pouffé de rire en lisant le billet du jour et comme nous sommes en période de la Saint Léon et sur la méme longueur d'ondes je préfère ne rien ajouter a votre écrit si désopilant
    Majestueuse journée pour Vous Cher Monsieur

  • Merci de m'avoir mis sur la bonne piste... sans neige comme je les aime. Moi, un enfant du désert et de San Antonio, malgré moi.

    Bon dimanche, chère Lovejoie.

  • Merci Cher Monsieur Vogel il est vrai que des pistes sans neige font le bonheur des cons qui marchent et qui iront très loin à l'inverse des intellectuels et des technocrates qui passent la plupart de leur temps le popotin vissé sur une chaise tout en méditant sur la préparation des prochains coups fumeux pour mieux entourlouper le citoyen /rire
    Très belle soirée pour Vous Cher Monsieur

Les commentaires sont fermés.