Saïouda, la fille du portier (2, à suivre)

Imprimer

 Au début du siècle dernier, mon grand-père était millionnaire. A sa mort, sa fortune fut partagée en sept parts. La plus grande d’entre elles pour ma grand-mère et les six autres pour ses enfants. Mon père, Edgardon,  reçu donc la septième tranche du gâteau financier en guinées qui lui permit plus tard de faire construire par un architecte autrichien une maison de trois étages, d’épouser ma mère et de pouvoir vivre de nombreuses années sans devoir travailler. Ce qui me permit à mon tour, à moi ainsi qu’à mes frères, de profiter de la présence paternelle davantage que mes camarades d’école et d’ailleurs. Jusqu’au jour où...

 À l’anniversaire de mes neuf ans, Edgardon annonça à toute la famille:

 - La guerre, les Américains et les crises nous ont ruinés. Demain, j’irai travailler.

 Et mon père travailla comme directeur, secrétaire, comptable, vendeur et chef de rayon jusqu’à sa retraite. En Égypte d’abord et en Suisse ensuite. Comme un vrai pape.  C’est-à-dire: en refusant systématiquement toute aide non légale proposée par les hypocrites des services religieux et sociaux helvétiques.

 Et il mourut en toute lucidité, comme un être digne, après avoir lavé ses chaussettes, à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans.

 - Hankouchinka, tu vas trop vite! Parle-nous de Saïouda, l’héroïne de ton enfance, dirait ma nièce sibérienne, à moitié arménienne, Karina Arutunian de Novokouznetsk. Avaleuse de récits romanesques.

 - Tu as raison, chère étudiante douée et médaillée du ministère de l’éducation, je lui répondrais. Mais cette hâte n’est que le fruit de la confusion. Comme si de nombreux personnages du passé se bousculaient au portillon pour entrer dans le présent... C’est difficile à expliquer... Bref,  je remonterai le temps et je m’exprimerai dorénavant au présent de l'indicatif. Et certainement, je tricherai comme la plupart des romanciers de mon espèce. J’y vais...

16825112_cover.jpg

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • @BIEN LE BONJOUR CHER MONSIEUR VOGEL la dernière phrase souligne l'éventuelle tricherie de certains écrivains
    Elle aura sans doute donné des ailes à certains politiciens devenus écrivains pour mieux tricher sans en avoir en l'air ce qui est aussi un art
    Mais peut-être ont-ils pris gout à soigner leurs mensonges plutôt que leur image ,allez savoir )rire
    Car même enjolivés leurs textes finissent par lasser ce qui et de très n'est pas le cas pour le lecteur à l'esprit ouvert et qui a plaisir à lire vos textes
    Très bon dimanche pour Vous Cher Monsieur

  • Très bon dimanche à vous, chère Lovejoie.

    En écrivant, je triche souvent pour sauver la forme. Mais jamais pour camoufler le fond.

  • Je vous remercie Cher Monsieur Vogel
    J'avais saisis la différence d'où l'utilisation du mot enjolivé et heureusement car le sordide fait figure et ce de plus en plus comme seule mamelle nourricière pour certains politiciens voire certaines associations ou certains individus qui eux brossent à l'année le tableau noir unique reflet de leurs propres frustrations personnelles
    Et quand on a deviné leur petit jeu de massacre personnel on les fuit comme la peste
    MAGNIFIQUE FIN DE JOUNRNE POUR VOUS

Les commentaires sont fermés.