Un vide trop plein (14, à suivre)

Imprimer

20
 Suis-je en train de chasser deux lièvres à la fois? Suis-je en train de m’orienter vers deux directions à la fois? Deux directions opposées? Que suis-je en train de poursuive? La poursuite du bonheur est-ce la fuite du malheur? Vers qui dois-je aller? L’inconnue de la page 73 ou Codo?

21
 Genève, la serveuse du café, Jules Vernier, l’inconnue de la page 73, Codo et Jean Delarue, le je de ce récit: des personnages purement imaginaires, des fabrications de l’esprit. Elles ne sont pas nées par hasard, elles sont nées suite à un besoin. Un désir de vérité et de mensonge. Chaque phrase, chaque mot peut être analysé. Une fois mis sur le papier, le mot détient le secret de son origine, il cache un souci, une interrogation, une détresse, une envie plus ou moins folle, une réclamation de justice, un baiser d’amour, un sentiment flou ou net et, ou un tas d’autres choses. Veuillez m’excuser pour  cette parenthèse. Pour l’auteur, cette déclaration nécessaire est une mise en garde. Pour le lecteur, une puce mise à l’oreille. Car tout mensonge frise la vérité et toute vérité, le mensonge. Et puis, n’y a-t-il pas songe dans mensonge?... à suivre

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Monsieur Hank,votre guide touristique nouvelle version est génial.Concernant Jules Vernier espérons qu'il ne souffre pas d'insomnies suite aux secousses de son voisin Monsieur Cern quand il met en charge son grand aspirateur chasseur de molécules invisible/rire
    Toute belle journée soleil pour Vous aussi

Les commentaires sont fermés.