Koh Samet, un jour

Imprimer

Sable blanc
Océan aigue-marine
Île nue

Où va Dieu
Va l’homme
Île déserte

Bananiers et cocotiers
La chair et l’eau
Pour une vie surdouée

Du soleil, des fruits
Des fruits, du soleil
Dieu est tropical

J’écoute les vagues
Et j’entends le coeur
Rythmé de l’éternité

J’écoute les oiseaux
Et j’entends le silence
Chahuté par mes histoires

Le soleil se lève
L’île déserte
Se transforme en boulevard

Le passé à l’ouest
L’avenir à l’est
Le présent cherche une boussole

Quelques rares touristes oublient
Ce qu’ils sont
Les autres consomment de la bière

Les moustiques me sucent le sang
Les lézards gobent les lézards
A qui dois-je faire appel?

Décembre
Sous les tropiques
Noël est de trop

Ici
Les marchands de rêves
Sont les marchands de glaces

Ailleurs
L’herbe est plus verte
Ici, on ne pense pas

Un homme et sa prostituée
Adam et Ève
Dans un jardin clos

Un bateau, le matin
Un bateau, le soir
Personne ne rêve de partir

Les îles naissent
Les îles meurent
L’océan demeure

Koh Samet, le 5 décembre 2001

 

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Un instant de détente en lisant ce très beau poème.Adam et sa prostituée fallait trouver mais l'idée permet au moins à l'esprit de se libérer de la lourdeur de conflits qui heureusement ne sont pas défendus par ceux qui depuis une semaine n'ont que ceci à débattre
    Quand à la vidéo, magnifiques images et celle du hibou comble d'aise celui qui a envie de savoir l'origine du mot Moloch .
    Ce clin d'œil si particulier à cet oiseau symbolisant le monde de la mort,le monde de la nuit ,tout ce qui est occulte et du coup on trouve the Bohémian Grow adorateurs des déchets en tous genres
    Ceux qui cherchaient vainement à comprendre comment on pouvait économiser en employant davantage d'humains et camions super sophistiqué pour enlever des balayures ancien terme d'ordures seront heur-reux/rire
    très belle soirée pour vous Monsieur Hank

Les commentaires sont fermés.