La femme métaphysique

Imprimer

Attention! Trop pudiques et trop sérieux s'abstenir...


Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Ah minitel que je t'aime,et j'étais pliée de rire en vous écoutant ce récit m'ayant rappelé des propos masculins d'il y a plusieurs décennies
    Très bonne soirée pour vous cher Monsieur et surtout pas trop de fantasmagories féminines bien que celles-ci n'aient jamais tué quiconque bien au contraire

  • La guerre c'est la mort, la femme c'est la vie...

    Très bonne soirée, chère Madame.

  • Chouette court-métrage ou bande-annonce, entre fantasmagorie, dérision, réalité et révolte.

    Pas si simple d'arriver à mettre tout ça dans 8-9 minutes.

    Pas facile non plus d'être en même temps scénariste, acteur, réalisateur et opérateur. Mais c'est comme les demo en musique, un jeune artiste est obligé de tout faire, compo, textes, arrangements, mixage, pour pouvoir présenter son travail en vue d'un placement quelconque de son produit.

    Pour pouvoir déléguer, il faut de l'argent.

    C'est vrai aussi que c'est un sujet intéressant à traiter, celui qui semble anormal et qui voit d'autres choses que celles que voient les gens qui se croient normaux, alors que c'est peut-être eux qui ne le sont pas, justement.

    Quand on voit que seuls certains sujets sociaux contemporains portes déjà ouvertes passent la rampe dans les concours pour aide à la création ou autres subventions, même si ceux-ci doivent aussi être valorisés car des cas de société, il n'en est pas moins que tous ceux qui sortent du conventionnel ont peu de chance d'aboutir dans le domaine du cinéma suisse.

    De qui est la musique à la fin ? C'est très beau.

  • La musique est de Béatrice Sans... une compositrice pleine de talent.

    Merci pour votre commentaire.

    Très cordialement, Hank Vogel.

Les commentaires sont fermés.